Licence Professionnelle MEDIT

Saint-Herblain

Bibliophilie : la substantifique moelle du livre

Livre d’artiste, objet, livre-objet : où est la frontière entre ces différentes formes ? La limite est parfois floue, la question interroge la réalité plurielle du livre lui même.

Dans le cas d’un roman, la question ne se pose pas vraiment. Pas du tout même. Un roman a des pages, une couverture, un dos, une quatrième de couverture. Bref, un roman est un livre, point. Pour ce qui est d’un livre d’artiste, tout se complexifie, tout se floute. Les définitions se succèdent, en vain. Pour certains, le livre d’artiste se caractérise par une forme proche du livre, ou tout du moins, une forme s’inspirant de « l’esprit » du livre. Pour d’autres, la question n’a pas lieu d’être. En effet, si l’on considère le livre comme une succession d’espaces de l’imaginaire et non comme une séquence de pages où sont entreposés et classés des mots dans un ordre établi, alors le livre d’artiste prend tout son sens : une succession d’espaces artistiques, un amoncellement organisé de gravures/peintures/écritures/etc. Ces œuvres, principalement éditées par le Petit Jaunais, trouvent depuis plusieurs années une place de choix à la médiathèque Hermeland de Saint-Herblain.

© Tiphaine Rautureau

© Tiphaine Rautureau

En ce sens, le livre d’artiste n’est autre qu’une scène de théâtre.

Read the rest