L’équipe enseignante

Enseignants permanents

Olivier Ertzscheid

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

J’interviens auprès des 2 options (métiers du livre et communication des organisations). Mes cours tournent beaucoup autour de la question des nouveaux outils numériques. Par ailleurs, je suis le responsable de la licence pro community manager que j’ai créée il y a 3 ans dans le département. Et je suis enfin responsable des emplois du temps des 2 licences professionnelles du département : community manager et édition jeunesse multisupport.

Quel est votre parcours ?

J’ai fait des études de lettres modernes jusqu’au DEA (master 1). J’ai enchaîné avec un DESS (master 2) « information documentaire » au cours duquel j’ai découvert un truc étrange qui s’appelait alors « Internet ». J’ai alors décidé de commencer une thèse de doctorat sur la question de l’hypertexte. Et quelques années plus tard j’ai eu la joie d’être recruté dans le département Infocom de l’IUT 🙂

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Pyrénéen ascendant toulousain. Donc je suis gentil et conciliant sauf quand j’ai décidé de ne plus l’être 🙂

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Non.

Claudine Paque

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Dans ma mission d’enseignement, j’accompagne les étudiants en expression écrite et orale, je les sensibilise à l’art contemporain et à l’analyse filmique.

Dans ma mission d’encadrement, j’assume les fonctions de chef de département et de responsable de la licence MEDIT.

Je suis aussi coordinatrice des activités culturelles du campus.

Quel est votre parcours ?

J’ai été professeur de Lettres classiques en lycée pendant 25 ans, et parallèlement libraire pendant 2 ans. J’ai été recrutée il y a 10 ans dans l’équipe du département Information – Communication à la faveur d’une conférence sur une étude comparée des parcours d’Ulysse et d’Achille !

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

La joie de vivre.

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Je publie des livres en collaboration avec ma collègue psychologue-sociologue, Catherine Sellenet, ou avec une illustratrice, Valérie Linder.

François Poupet

(Texte à venir)

Sandra Mellot

(Texte à venir)

Emmanuel Schaeffer

(Texte à venir)

Sébastien Jacotin

(Texte à venir)

Francis Mizio

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Je suis enseignant permanent depuis le 1er septembre 2015. J’y anime principalement des travaux dirigés et pratiques en LP et DUT.

Quel est votre parcours ?

J’ai été dans l’ordre journaliste d’entreprise, puis maquettiste PAO dans la presse professionnelle, puis nationale, et ensuite journaliste pour des supports de presse nationaux (Libération, Nouvel Observateur notamment).

J’ai été également durant 6 ans chargé de communication à la Direction de l’administration pénitentiaire – Ministère de la Justice.

Par ailleurs, j’ai travaillé pour le cinéma et la télévision, la radio (chroniques sur France bleue). Romancier, j’ai donné des centaines d’ateliers écriture. En indépendant, j’ai conçu des sites Web pour différents clients (maison d’édition, musicien, chirurgien, galerie d’art, etc.)

Enfin, j’ai été intervenant à Infocom Nantes en licence et master pour l’écriture web, la stylistique journalistique, etc. et animateur pour des sessions de formation continue pour journalistes.

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Je suis curieux. Mais au sens de curieux, hein pas de curieux. Bref, si vous dites que je suis curieux comme garçon, précisez bien que c’est au sens de curieux. Sinon on va me trouver vraiment curieux et ce n’était pas ce que je voulais dire.

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

J’écris des chroniques pour un magazine Web, je fais un travail régulier d’écriture et de synthèse pour une grande entreprise nationale, j’entretiens des sites Web, je donne des ateliers d’écriture…

Catherine Sellenet

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Je suis professeur des universités en sciences de l’éducation. J’enseigne la sociologie et la psychologie et je suis responsable administrative de la licence MEDIT.

Quel est votre parcours ?

Initialement formée en psychologie avec une activité de psychologue clinicienne (DESS psychopathologie) en protection de l’enfance, j’ai suivi en parallèle des études de sociologie, jusqu’à la passation d’un doctorat de sociologie en 1984. En 1990, tout en continuant d’être psychologue à temps plein, j’ai repris des études de Droit (option droit civil) avec l’optique de me spécialiser en droit de la famille. J’ai obtenu le Master en 1992. J’ai ensuite postulé en 1993 au poste de MCF, section 16, poste obtenu à la première audition (IUT de La Roche-sur-Yon dont je serai le chef de département de 1995 à 1998, en conservant comme priorité l’axe de recherche sur les familles en situation de précarité, dépendantes des interventions en protection de l’enfance.) J’ai eu pour mission de fédérer la recherche sur le campus de l’IUT de La Roche-sur-Yon en regroupant des chercheurs de différentes disciplines autour d’un axe commun : l’enfant.

Actuellement, je dirige la licence professionnelle à l’IUT : Métiers de l’édition Spécialité : Edition multisupports, orientation jeunesse. Cette licence est orientée vers le livre numérique.

En juillet 2013, j’ai obtenu le grade de chevalier dans l’ordre des palmes académiques.

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

La ténacité.

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Mes travaux sont plus particulièrement connus au Canada, Italie, Roumanie, Chili et Belgique et j’ai de nombreux partenariats avec diverses universités dans ces pays.

J’ai par ailleurs édités plusieurs livres basés sur mes recherches sur la parentalité.


 

Enseignants vacataires

Alain Cochais

Quel est votre parcours ?

Sinueux, semé d’embûches, sans ligne d’arrivée visible pour le moment…

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

J’ai l’humeur « zigzagante ».

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Oui. Une. Je sévis dans le domaine du redressement, en milieu correctionnel plus précisément, ce qui m’autorise le port d’arme : un stylo rouge, et les « munitions » qui vont avec. Je résume : je chasse la coquille, la faute, la syntaxe désaxée et autres joyeusetés, le tout, donc, contre rétribution.

D’autres choses ?

Je ne saurais satisfaire à votre demande de photo. En effet, recherché par toutes les polices du canton (les brigades Arial, Times Nouveau Roman, Antigag, Helvète et Ica), il est hors de question que je livre au monde, qui renferme mon canton, un portrait qui très vite muterait en affiche titrée WANTED ! En effet, je n’oublie pas que La Roche-sur-Yon, c’est le Far-West… par rapport à Vladivostok.

Pierre Daguet

Quel est votre parcours ?

Libraire, d’abord salarié, j’ai ouvert une librairie à Paris en 1992, Lignes d’Outrance, avant de m’associer en 1999 pour ouvrir Équipages. Actuellement salarié à la Très Petite Librairie de Clisson, je travaille avec Laurence Neveu pour créer comme associé une nouvelle librairie, Le vers libre, qui remplacera la « TPL ».

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Un trait de caractère? Peut-être d’être un peu obsessionnel, de la librairie, j’entends…

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

En dehors de l’IUT, vous l’aurez compris, je suis libraire et c’est en tant que tel que j’interviens.

Nathalie Kreuther

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Partager et transmettre mes connaissances du métier de productrice (cinéma et audiovisuel)

Quel est votre parcours ?

En deux mots : plus de 20 ans de pratique du métier de productrice dont 11 ans à la direction de MK2 Production, 7 ans comme productrice indépendante, 3 ans à la tête de mon entreprise Must Be Production (société de production documentaire que j’ai créée en mars 2012).

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Tenace.

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Productrice et auteur.
Principalement :

  • production en cours du documentaire (52′) Le monde selon Fethullah Gülen (investigation/géopolitique) pour RBB/ARTE.
  • développement d’un projet de série documentaire (5×52′) Cold War Jokers en coproduction avec la Pologne et l’Allemagne.

Rudy Martel

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Je fais découvrir aux étudiants le livre jeunesse sous toutes ses formes : album, livre audio, livre en relief, livre numérique. On joue beaucoup pendant mes cours car apprendre à faire, c’est faire apprendre.

Quel est votre parcours ?

Parcours on ne peut plus chaotique… Élève moyen, je me suis retrouvé à suivre un bac G3 au Lycée Jean-Paul Sartre à Bron, près de Lyon. Titulaire du baccalauréat, au rattrapage…, j’ai ensuite suivi, après un recrutement sur dossier…, un BTS. de Communication et actions publicitaires au Lycée Colbert à Lyon. Ma plus vieille amie date de ces années là. Une fois le BTS. en poche, je n’ai pas voulu entrer sur le marché du travail, mais j’ai cru pouvoir mettre à profit tout ce que j’avais appris lors de ma formation courte en communication lors d’une formation longue, très longue, en droit public… Année après année, je me suis royalement ennuyé en faculté de droit. Après un mémoire remarqué sur les Sectes en droit français : des religions à part entière et des religions entièrement à part (18/20), j’ai joyeusement embrayé sur un « D.E.S.S. de droit public, option gestion du patrimoine culturel » à la Sorbonne à Paris.

Ce que je retiens de ma dernière année en droit public, c’est ma rencontre, laborieuse, avec celle qui deviendra ma compagne, puis la mère de mes deux enfants, puis ma femme. Titulaire du même diplôme tous les deux, nous trouvâmes, très vite, du travail dans la même région et le même domaine : Sophie fût administratrice d’une compagnie de théâtre professionnelle vers Perpignan et moi, administrateur d’une compagnie de théâtre amateur, forcément amateur, hein, vers Narbonne.

Découvrant l’existence d’une double billetterie, j’ai très vite démissionné pour devenir journaliste radio. Mais notre vie était compliqué : Sophie travaillait – elle avait démissionné aussi de son premier poste – comme éditrice chez Benjamins Media à Montpellier et moi je continuais à travailler comme journaliste à Narbonne et nous vivions à Béziers… Aussi, quand Sophie est tombée enceinte, j’ai démissionné de nouveau pour la remplacer. Pour la première fois depuis notre départ de Paris, nous arrivions à vivre et à travailler dans la même ville. Quand elle est revenue chez Benjamins Media, je suis resté. La morale de cette histoire, c’est que les études, ça ne sert à rien. Tu deviens éditeur sans l’avoir voulu…

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Sociable. Et insolent aussi !

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Je suis éditeur jeunesse à Montpellier et, par ricochet, Grand voyageur SNCF. Autrement, je suis papa. C’est pas métier, mais presque.

François-Jean Goudeau

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Je suis intervenant pour les deux modules suivants : « Gestion d’une médiathèque et d’un pôle ressource régional bande dessinée » et « Partenariat, mécénat et sponsoring » auprès des étudiants en 2e année Métiers du Livre.

Quel est votre parcours ?

Ancien étudiant en Métiers du Livre (IUT Bordeaux Montaigne) et en Sciences de l’éducation (Toulouse II Le Mirai), j’ai d’abord œuvré en librairie (j’étais dans la filière Édition – Librairie) en Anjou et en Bretagne avant de bifurquer quelques années plus tard vers la lecture publique, tout en multipliant différentes expériences et activités (que je mène toujours) : formateur et intervenant pour CFCB, CNFPT, BDP, médiathèques, établissements scolaires, IFUCOME, universités ; membre du comité de rédaction de la revue 303 et chroniqueur régulier pour la revue Page ; membre de commissions régionales et nationales (deux mandats au Centre National du Livre : Diffusion puis Bande dessinée).

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

Passionné !

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Je suis le directeur de La Bulle – Médiathèque de Mazé, pôle ressource régional 9e Art.

Elisabeth Sourdillat

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre rôle au sein de l’IUT ?

Électron libre, agitateur de neurones.

Quel est votre parcours ?

Cinq ans de droit et tout le reste de travers.

Pouvez-vous nous donner un trait de votre caractère ?

La curiosité.

Exercez-vous des activités professionnelles en dehors de l’IUT ? Si oui, lesquelles ?

Je suis également iconographe pour la presse et l’édition.