Qui paie pour des services gratuits ?

La plupart des services que nous utilisons aujourd’hui sur le web sont gratuits : YouTube, Google, Facebook, LinkedIn et tant d’autres. Or, s’il ne s’agit pas de services publics, il faut bien que ces différents sites gagnent de l’argent. Mais comment s’y prennent-ils ?

Voici rassemblés sur le site http://rcs.seerinteractive.com/money/ une infographie qui rappelle les principaux modèles de financement actuellement utilisés sur le web :

On y distingue :

  • La publicité (advertising) : sur le site hôte (par exemple dans les pages de résultats de Google) ou sur des sites tiers. On ne voit plus trop aujourd’hui de « bannières publicitaires » mais les publicités sont aujourd’hui de plus en plus « contextuelles » pour garantir un meilleur ciblage.
  • les abonnements (subscribers) : le site propose un abonnement payant. Cette offre est souvent associée à une approche freemium (cf ci-après)
  • la vente de données (selling data) : le site collecte des données personnelles le plus souvent comportementales (les sites qu’il visite, les produits qu’il achète, les musiques qu’il écoute, etc …) et les revend à des annonceurs.
  • le freemium : un accès de base à un service est proposé de manière  gratuite, les fonctionnalités ou les services supplémentaires sont payants
  • l’affiliation (lead-gen / affiliate) : le site se comporte comme une régie publicitaire auprès d’annonceurs. D’après la définition de Wikipédia : « L’affiliation sur Internet est une technique marketing permettant à un webmarchand (affilieur) de diffuser son catalogue de produits sur des sites Web affiliés. »
  • les royalties (= % ou charges prélevées par le service hôte sur la transaction entre un vendeur et un acheteur) : exemples ITunes, Ebay, Amazon … Chaque fois qu’un produit est mis en vente / vendu sur l’un de ces sites, il prélève une pourcentage sur les ventes.

Un seul commentaire

  • philippe.nouvel a écrit :

    Bonjour,

    C’est très intéressant votre blog.
    Ceci pourra peut-être vous intéresser :

    « Crash test d’indépendance des médias »

    journaux (dont Libé):
    http://youtu.be/QMVqUoFm5ps

    télévision :
    http://youtu.be/P9c1XOzlzdE

    L’idée c’est de voir comment des médias français sur leurs sites internet utilisent et en quelle proportion les outils de tracking.

    Ca permet de se faire une idée de leur indépendance réelle, par rapport à la publicité notamment.

    Instructif.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires