Auprès de mon a-arbreuh, je vivais zheureux… ♫

… J’aurais jamais du, le quitter des yeux. ♪

C’est un vieux moulin, dont l’histoire est riche. Tout autour de lui se sont construites des usines, des entrepôts. Lui, il reste là, immuable. De temps en temps, une classe de collégiens passe le visiter, pour leurs cours d’histoire. De temps en temps, des grands-parents traînent leurs petits enfants jusque là, pour leur montrer où ils ont travaillé quand ils étaient jeunes.

C’est un moulin à eau, différent de ceux qu’on imagine. Un léger ruisseau passe sous sa roue inactivée depuis bien longtemps. En vérité, il est construit en forme de maison, et habitait autrefois de nombreux travailleurs, qui cultivaient les champs alentour. Aujourd’hui il habite un musée. Derrière le moulin il y a des grandes cuves, vides. Elles avaient certainement un but bien précis, mais là, elles font tâche. Un petit abri en bois les surplombe. Ce petit abri ressemble à un abri-bus, mais il n’y a pas de bus. On y stockait des trucs, on s’y installait pour regarder l’eau défiler.

C’est un moulin agricole, qui permettait de nombreuses cultures. Aujourd’hui, ce sont des champs laissés à dame nature, l’herbe y est haute et sèche. Lorsqu’on traverse les champs, on trouve un petit endroit, caché. On entend plus l’autoroute, on ne voit plus les usines… Il y a juste le chant de l’eau qui court, le petit sentier qui mène au bord du ruisseau, et un arbre, seul dans cette étendue champêtre, il fournit de l’ombre. On peut s’y appuyer, où s’asseoir contre son tronc. Dans cette petite crique isolée du monde, le temps semble s’arrêter. Pour y accéder cependant, il y a un sacré chemin à parcourir. C’est à droite, où peut-être à gauche… Loin du moulin en tout cas, pour être tranquille.

C’est un moulin isolé, enclavé dans une zone industrielle. Les piétons, pour y aller, doivent utiliser un vieux pont en bois qui passe au-dessus de l’autoroute. En résumé, c’est un petit coin magique, rêvé pour se faire des souvenirs imprégnés de sérénité.