Petits souvenirs d’une tendre enfance

Sous le préau, des lianes se mêlent au rhinocéros. L’animal sourit aux enfants, peu intimidés de le trouver là. Certains, plus peureux, s’imaginent qu’il sortira un jour de la peinture murale. Il est si imposant comparé à eux.
A côté de la bête, il est possible de se divertir à la marelle. Une grande, chaque case fait approximativement cinq fois le pied de l’un des joueurs.
Il y a aussi un toboggan, de 40 mètres de haut vous dira n’importe quel enfant. Un bac à sable tellement profond qu’il est directement relié à la Chine.
La cour de récréation est bien l’élément le plus important d’une école primaire (point de vue partagé par tous ses élèves en tout cas). Le reste se résume en quelques mots : murs en brique pour « les grands », préfabriqués pour les « petits », le tout formant un majestueux L avec tous les jeux au milieu. Les toilettes se situaient à l’extrémité des préfabriqués, assez loin des murs en brique pour que se produisent parfois des « accidents ».
Le tout est entouré d’herbe verte l’été et jaunie l’hiver, d’une route face au portail vert de l’entrée mais qu’il ne faut absolument pas traverser.