Soldat, à mon commandement, écrivez !

Ce que je ne sais pas, c’est pourquoi ce général, dont on connaît si peu de coses, a pu prendre autant de places dans la vie de tant de personnes. Ils se rassemblent, font ommage à sa mémoire, écrivent encore et encore sur ce Monsieur.
Ce devait donc être un sacré bonomme !

Ce que je ne comprend pas, c’est pourquoi je devrais écrire un article sur Lui, au risque de salir sa mémoire. Je préfère laisser cela au bataillon du général, à son armée qui s’agrandit peu à peu.

Ce que je ne saisis pas, c’est pourquoi ce brave général a perdu son H. Surement lors d’une de ces dernières bataille qui lui à été fatale. La blessure est trop grave, les médecins ne peuvent sauver son membre. Le verdict tombe : c’est l’amputation.
Obligé de s’abituer à cette absence qui le remet en question. Eureusement la rééducation aide à continuer à vivre avec un membre essentiel en moins. Mais les questions persistent pour ce pauvre miraculé de guerre :
Comment vais-je pouvoir vivre sans cela ?
Pauvre général.

Ce que je vois mal, c’est l’apparence de Monsieur Instin. Étant d’origine juive, je déduis donc que l’omme est brun, avec un nez prononcé (stéréotypes oblige). Quelqu’un de grand, d’imposant par sa carrure développé lors d’interminables séances d’exercices de tortures, dont seule l’armée à le secret.
Il ne quitte jamais son uniforme, de couleur vert pale, orné de décorations, si durement gagnées au fil des années, et des sacrifices.
Je me l’imagine fier de ce qu’il a accompli, marcant la tête haute. Un omme méritant le respect.

Ce que je perçois, c’est quand écrivant ce texte, je m’engage à respecter un éros, vouant sa vie à la défense de notre chère patrie.
J’ai donc décidé pour cela de moi aussi amputé tous les mots, composé de cette lettre maudite.

Ce que je distingue, c’est que cet omme est une énigme pour beaucoup de personnes (notamment les écrivains de ce blogs). Cela me rassure donc, je ne suis pas la seule.

Général, je vous salue !