Inconnu au bataillon

Inconnu, fils de Soulard:

- ce n’est pas comme on pourrait le croire, le fils d’un de ces ivrognes, si présent au 13e siècle. Non, ce mot n’existait pas à l’époque de mon très cher aïeul.  Son père était tout simplement un gros mangeur, comme le sera tous ses descendant (le repas, c’est sacré chez nous).

- Inconnu aimait se balader dans la ville de ce qui est maintenant Cholet et décrire ce qu’il voyait. J’ai récupérer de lui un carnet très ancien.

- Inconnu aimait ce l’a raconté auprès des femmes, c’était un grand séducteur et un grand misogyne. Il préférait la compagnies des hommes. Il préférait la compagnie d’un Homme.

- Inconnu n’a pas combattu. Il n’a jamais aimer se battre. Il préférait la perfidie des mots. C’était plus simple.

- Inconnu n’a pas fait grand chose de sa vie. C’était un lève-tôt, qui aimait le silence des repas. Qui aimait également la cuisine française. Qui aime aussi s’agenouiller. Qui aime étaler son savoir. Qui aime écrire.

- Inconnu n’a jamais voulu connaître son prénom. A quoi bon, il avait un nom.

- Inconnu détestait, en plus des femmes, le mauvais vin, l’agriculture, les oiseaux, l’ambition, le vide, l’odeur de l’encens. Ce qui est embêtant.

- Inconnu a eu un seul amour, qu’il n’a jamais trahi (ou presque). Inconnu était jaloux de ceux et celles qui aimaient le même que lui. Il aurait voulu les tuer pour l’avoir pour lui tout seul. Mais tuer est l’une des interdictions absolues, et son Homme n’aurait surement pas apprécié.

- D’ailleurs, Inconnu est mort pour Lui. Voulant embrasser ses pieds aux pieds de la croix où Il était attaché. Inconnu est tombé. Le monastère auquel il appartenait a été maudit et détruit.

Comments are closed.

Post Navigation