H.E.V

Ce que je ne sais pas c’est si ce H est le commencement d’une éternité pour Instin.Il est mort, (comme on se doit de l’être quand on a une tombe et une arrière-arrière-arrière-arrière-petite-fille) sans avoir pu le raconter, comme tout le monde. On ne le connaît pas; d’ailleurs, alors on l’invente.
Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi on s’en fait tout un poème, d’un homme qui vécu l’existence banale d’un général. Peut-être a-t-il fait quelque chose singulière. Je ne vois rien de particulier.
Ce que je ne saisis pas c’est la fascination qu’exerce une personne disparue, ce qu’il en reste à la surface du monde et ce qui s’en déploie sur la toile, parchemin numérique où s’écrit la légende d’un homme ordinaire.
Ce que je vois mal c’est pourquoi fantasmer sur un fantôme.
Ce que je perçois ce sont ces interpolations incessantes hypertextées où les artistes et autres extrapolent.

Ce que je distingue c’est la H du général qui vient leur couper le sifflet, pour reposer en paix.

Comments are closed.

Post Navigation