Un plat de pâtes.

Vous le connaissez. Lui aussi a perdu une lettre. Un Y. Mais dans son héritage, nous l’avons récupéré. Mais lui en a été privé. Il était nantais. Mon arrière-arrière-arrière-arrière grand-père (j’ai compté !).

La littérature, c’est de famille. Le bon Jules a tout inventé. Le Nautilus, les dinosaures intra-muros, les montgolfières soniques… Souvent qualifié de visionnaire. Il aimait écrire. Hollywood l’aimait. Aujourd’hui encore on l’adapte au cinéma. Son personnage fait même parties de la ligue des gentlemen extraordinaires.

Il a eu son fils Michel, lui aussi privé de son Y. Mais, peu de gens le savent, il a eu une liaison. Estelle Hénin. Il ne s’est pas marié, mais leur fils a hérité de son nom. Et a récupéré le Y, au détriment d’un père absent. Ainsi est née ma famille. Le Y est resté, les sans Y nous ont croisé mais pas reconnu. Les Y se sont passés le mot, éviter toute relation avec les sans Y. Éviter de divulguer le secret. Aujourd’hui les branches sont éloignées. Nous ne nous cachons plus.

Fiers de notre Y, nous l’arborons en hommage à cet écrivain visionnaire. Les plus petits s’endorment au rythme des histoires de Jules. Nous les connaissons bien. Nous avons même des manuscrits non publiés. Michel n’a jamais voulu les publier, nous respectons.

Un jour, un Y cupide publiera ces pages inestimables. Nous sommes assis sur la plus grosse richesse potentielle d’Europe. Et moi je mange des pâtes tous les midis…

Comments are closed.

Post Navigation