Les rives du temps

http://ekladata.com/oP_ELg3knJCObjH1Lr_mQlxkED0@500x331.jpg

–          Vieillir, voir le temps passer, défiler, s’écouler, ralentir, s’accélérer, s’étendre et se réduire, courant sans fin, mais jamais sans périr.

–          S’arrêter, prendre le temps de souffler, d’admirer, se poser. Voir les feuilles tomber sur l’automne, lentes et atones, en une pluie sèche et colorée, colorant le sol de leurs couleurs d’or et de feu, miroir sans teint du ciel gris, auquel il sourit.

–          Coule, la vie coule, et je coule sur ces ailes, plume éphémère, qui se détache et volète, désespère d’atterrir un jour, choc sourd, sur la mer, après tant de temps passer dans les airs. Peur d’être englouti par la vague, vague sentiment de joie, avant qu’elle ne se noie.

–          Venez, asseyez-vous ! Pourquoi se presser par une si belle journée ? Arrêtez-vous deux minutes. Asseyez-vous auprès de moi. Ne sommes-nous pas bien là ? Prenez le temps de vivre, ce n’est pas ça qui va vous tuer. Ne sommes nous pas biens là, assis tranquillement, sur les rives du temps ?