Lyrisme éventé en religion mineur

le lyrisme est une notion romantique, et donc anachronique, remontant à la tripartition entre poésie épique.

Ce type d’écriture est forcément du domaine du ressenti, et donc automatiquement ne va pas rester dans le neutre. Ainsi, les passions s’entremêlent dans ce virtuelle et fictif réservoir de pulsions refoulées. On peut tout de même trouver un certains calme, un statu quo, mais ce climat de plénitude et de serénéité n’est qu’illusion cachant la fougue de cette écriture.

Ni la catégorie anthropologique d’individuel ni celle d’universel ne se posent en des termes semblables sous l’Ancien Régime où l’individu habite le monde au sein d’un groupe restreint qui lui sert de relais.

en cours de réflexion …

Mais cette réévaluation a eu pour conséquence de troubler par contrecoup la réception des poèmes de la seconde moitié du siècle et du début du XVIIIe siècle.

en cours de réflexion …

 

Les deux paragraphes précédents resteront inachevés. Par choix. Par manque de convictions assez intéressante pour transformer ces lignes en autre chose qu'un insipide discours universitaire qui ne reflète même pas un discours.
Devant ce vide, l'absence de réaction me parait être la voix toute tracée à la fin de ce texte.