Dita Kepler

Dita Kepler, une femme. Un problème de construction, de l’effacement, du retrait. Une femme oui, une femme perdue, soutenue, trompée, vagabonde. Elle s’écroule, se relève, repart, court et s’écroule à nouveau. À travers les pages elle voyage, s’exprime, s’interroge. Interagit, questionne. On la suit, perdu nous aussi à travers ses émotions, ses mouvements, ses chûtes. Parfois lente, parfois rapide.

(Chloé Le Gac)