Prendre le temps de trouver de belles phrases, bien formulées comme il faut – faudrait pas qu’ils pensent que ça m’abrutit d’être ici.
-Je jure de dire la vérité.
-Menteuse.
-Ce que je peux dire c’est qu’attendre c’est bien trop long, je préfère attendre le métro que mes rêves (c’est moins fastidieux).
-C’est quoi un rêve?
-Une illusion sans doute. L’illusion du parfait, le parfait de l’illusion.
-Mais qu’est ce que la perfection ?
-Il n’y en a nulle définition.
-Rêver c’est important, plus important que d’attendre le métro.
-C’est vrai, alors parfois, quand même, plutôt que d’attendre le métro et oublier mes rêves je m’évade vers ailleurs.
-C’est où ailleurs?
-Je marche à travers les rues, j’explore les routes, les bâtiments, tout est si vivant. Il me faut donc me rendre à  l’évidence : c’est à l’intérieur de mon cœur que se cachent ces  fragments de bonheur, enfouis profondément, très profondément, trop profondément. Mais parfois, c’est comme si je n’avais pas le droit d’aller les déterrer, comme si c’était interdit.
-Les règles sont faites pour être détournées.
-Tu les as détournées, toi?
-Oui, et je ne regrette pas du tout.
-Tu as raison, il ne faut jamais regretter.
Bon. Stop. Une lecture lente et attentive s’impose…