La vérité c’est que…

– Je jure de dire la vérité.
– Menteuse.
– Ce que je peux dire c’est qu’attendre c’est bien trop long, je préfère attendre le métro que mes rêves (c’est moins fastidieux). 
– Rêver c’est important, plus important que d’attendre le métro.
– Alors parfois plutôt que d’attendre le métro et oublier mes rêves je m’évade vers ailleurs.
– C’est où ailleurs?
 – Ailleurs, c’est… Quand je marche à travers les rues, j’explore les routes, les bâtiments, et tout est pourtant si vivant.
– Et après ?
– Au bout d’un moment, je ne le voyais plus.
– T’aurais du prendre tes lunettes. 
-En tous cas ce qui est sûr, c’est qu’il s’est perdu quelque part entre le rez-de-chaussé et le deuxième étage. On était entrés dans le même bâtiment pourtant, mais il n’était plus là. Plus à mes côtés.
– Ahh… Les gens, y disparaissent… Regarde, comme pour mon compagnon. ZOOM. ZOOM. ZOOM. ZOOM. Il était avec moi, et plouffff dans l’eau !! Plus là ! T’as cherché dans le grenier ? 
– Oui, mais pas trouvé. Je pense que lui aussi m’a cherché. Alors il a choisit de marcher, de déambuler parmi les différents couloirs aux sols au parquet gris. Puis il y est arrivé.
– Ouiiiiii !! il l’a fait !!! Dans cette place spéciiiiale.
– Mais c’était… différent. Des murs bleus, et non jaunes. Et un sol en gravier mais beige et non gris. 
 – Quelle énigme…!