Bibliographie hypothétique ou besoin de parler de soi ?

Si j’avais fait ma bibliographie, j’y aurait peut-être mis des liens évoquant mon enfance à Jacques Prévert, avec un lien vers la radio Prévert (histoire de déstabiliser et de faire rire… ou pas…), j’aurais pu évoquer mon premier livre de fiction, Le Livre des Étoiles (Erik l’Homme) le premier livre du genre que j’ai adoré et qui m’a poussé à lire de plus en plus de fantasy (j’aurais mis un lien vers le site de La Gazette du sorcier – inspiration Harry Potter – qui l’évoque) comme Tara Duncan ou Chami Chikan – roman futuriste – que j’ai adoré, tout comme j’adore les vidéos de Bob Lennon – lien sur la page You Tube de Fantabobgames – ce qui me fait penser que j’adore les jeux vidéos, même si je n’y joue qu’à travers les jeux de rôle (des parties de jeu à plusieurs où on incarne chacun un personnage dans une quête – guidée par le MJ (maître du jeu) ; lien sur le site de Pathfinder (Wikipédia des jeux de rôle)) – ce qui est tout simplement génial pour une auteure en herbe comme moi, qui écris un roman de fantastique ou je joue en quelque sorte le rôle de déesse créatrice qui contrôle cinq créateurs (qui représentent les quatre éléments, la dernière contrôlant tout les éléments) et qui va malgré elle se retrouver au cœur de l’action parfois – lien vers une image des mystères de la vie, Canalblog – même si ce personnage reste souvent à l’écart, ce qui n’est pas le cas de ma série préférée étant au collège, Charmed – images d’influence le site ou l’on voit les quatre sœurs – où mon personnage préférée est Phoebe, car j’adore son histoire amoureuse et son combat pour devenir plus forte ; j’adore regarder des séries d’animé comme Hanasakeru Seishonen, Neo Angelique Abyss ou Blue Exorcist, qui ne sont pas représentatifs à part entière de mon goût de l’aventure, de la fantasy, de la monarchie et du danger imprévu (tel les enlèvements, prises d’otages, renversement de situation), quand tout est bien organisé par l’auteur, ce qui arrive quelques fois, comme dans la série des Royaumes invisibles – lien vers le site de Julie Kagawa – qui m’a souvent étonnée avec ses interventions de personnages dans des situations – et des lieux – ou on ne l’imaginait pas, tout comme c’était le cas dans Chami Chikan (précédemment citée), premier tome d’une trilogie que je n’ai malheureusement pas pu continuer, à mon plus grand regret, c’est un livre peu connu et je l’avais lu grâce à ma bibliothèque – lien vers la bibliothèque de La Limouzinière – mais je n’y ai plus accès, mais un jour,  j’y remédierai !

Bref, j’aurais trop de choses à dire pour tout finir en deux heures, mais sa, c’est une autre histoire (puisque ce n’est qu’hypothèse) !