Trajet quotidien (identique) vu du car.

Matinée récurrente. Je rentre dans le car, m’assoie à gauche et regarde par la fenêtre, peu de visibilité aussi tôt (6h50). Départ du car.

Bar tabac presse, Sodimod – confection homme-femme – panneau : sortie Saint-philbert-de-Bouaine. Direction : La Roche-sur-yon, Roschervière. Beaucoup d’arbres, de verdure. Route à gauche, où peut-elle bien mener ?

S’il fessait jour, je verrait les champs de maïs et autres plantes à cultiver un peu plus loin. A nouveau cette verdure, de grands arbres, la route est longue, en ligne droite.

Petit village, arrêt de car du soir, peu visible à cette heure.

Encore cette longue chaîne de verdure, petit village, longue verdure, intersection, longue verdure, terrains à cultiver, petite intersection, beaucoup de verdure.

Arrivée à Roschervière, deux route à gauche, quelques maisons, un peu plus de lumière. Arrêt de bus à gauche, boulangerie que l’on peut regarder pendant que le car s’arrête, de nouvelles personnes rentrent.

Rond-point, route à gauche, en face aussi. Pont, habitations, rond-point, nature toujours présente. Sortie, magasin pour agriculture, sortie de la commune. Très long trajet, verdure, quelques villages, terrains à cultiver. Les Lucs-sur-Boulogne. Plus de verdure, maisons, magasins, arrêt du car.

Départ à nouveau. Voitures, église, rond-point, fin de la commune. Retour de la verdure, intersections, rond-point, verdure, rond-point, quatre-voie entourée de verdure. Arrivée à la Roche-sur-yon, habitations, habitations, intersections, rond-point, gare.

Beaucoup plus de verdure en car qu’en voiture ? Une vitre et une luminosité plus petite signifie-t-elle voir moins de choses ?