Comment colorer une discussion ?

On ne savait plus quoi écrire. Donc on a commencé à parler. Pas par la voix, non. Par des mots, écrits, sur du papier numérique. Ça a commencé à partir en cacahuètes. Ou plutôt ça parlait de melons, de pâtisseries et de bigorneaux. Ça me donnait faim. Enfin, pas les bigorneaux, les pâtisseries hein !
Et il y avait aussi ce conflit entre la neige et la pluie. Bien entendu c’est la pluie qui a gagné, ça va de soi. (Non, non elle ne ment pas, je vous assure !)

Bref, c’était un enchevêtrement de couleurs ; du jaune, du bleu, du violet, du vert, du rose. C’était beau.

C’était la dernière séance.