cadeau passé, roman pc

Nous en avons fait du  tous ensemble et déjà, sans le moindre , je peux dire que cette année appartient au .

, nous avons parcouru nos  au fil des  de nos claviers, nous sommes replongés dans notre , avons redécouvert de petits , nous sommes rappelés ces  que l’on avait laissé au .

Dans un  d’ , notre  a  le  de notre  et nos doigts ont , sur les  ce  ou d’  qui restera comme un nouveau  de nos  brièvement liées. read more

Ending

Aujourd’hui, j’ai parlé. J’ai avoué mon crime . Il me rongeait. C’est alors que j’ai sombré. Que l’oubli m’a englouti. Que mon rêve s’est brisé. Qu’à ta façon, tu m’as suivi. Irréfléchi. Spontané. Désespéré. Mais bien trop tard. Alors, nous étions deux. Nous ne sommes plus rien. Il ne reste qu’un reflet, qu’un vague souvenir, mais aucune réalité. Le vide est ce qui reste. Oubliés. Condamnés.

  read more

That thing I wanted to tell you

– penser qu’il reste du chemin à parcourir, une vie à écrire, une voie à tracer,

– penser à dire je t’aime avant de regretter, ne pas se laisser ronger par le doute, parler, parfois oublier,

– imaginer toutes les histoires possibles, même si ça ne reste qu’un rêve, voir la vie comme une bibliothèque,

– saisir les opportunités, capturer l’unique.

Maux d’âme (2)

Aujourd’hui, il me faut me résoudre à faire le tri dans les affaires de mon père… 

Il est étrange de trouver ces vielles cartes, jaunies par le temps mais qui semblent suffisamment importantes pour être conservées… Je me demande ce qu’elles peuvent m’apprendre sur mon père. Il doit y avoir tant que je ne connais pas sur lui, pourtant si proche et cher à mon cœur… 

Al,  

Si seulement tu avais pu venir avec moi, que de raisons de t’émerveiller tu aurais eues ! Ce voyage que M. Grégoire nous avait suggéré est bien plus captivant qu’il ne pouvait le laisser paraître. Hier, Michel et moi avons passé une première nuit en Alsace. Aucun de nos arrêts précédents ne s’était vu gratifié par un accueil aussi chaleureux. Cette carte illustre parfaitement l’ambiance qui règne ici, même si une simple image ne saurait jamais retransmettre parfaitement un sentiment. read more

Maux d’âme (1)

Al,

Si seulement tu avais pu venir avec moi, que de raisons de t’émerveiller tu aurais eues ! Ce voyage que M. Grégoire nous avait suggéré est bien plus captivant qu’il ne pouvait le laisser paraître.Hier, Michel et moi avons passé une première nuit en Alsace. Aucun de nos arrêts précédents ne s’était vu gratifié par un accueil aussi chaleureux. Cette carte illustre parfaitement l’ambiance qui règne ici, même si une simple image ne saurait jamais retransmettre parfaitement un sentiment. read more

Périple ordi(naire)

  • 1999, petit village du bord des Côtes d’Armor – Aujourd’hui, nouveau cours à l’école ; informatique. In..for…ma…tique ? Kesako ? Je regarde la maîtresse d’un air un peu perdu. Elle nous emmène dans une salle que nous n’avions encore jamais visitée. Il faut dire que l’école est toute neuve. À l’intérieur, ce qui ressemble à de petites télévisions jaune-bizarre s’étalent contre les murs de la pièce. À côté de chaque écran, une grosse boîte rectangle est posée. Ces boîtes font un bruit étrange, un peu comme l’aspirateur de maman, mais en moins fort. Trois par trois, la maîtresse nous dit d’aller nous placer devant les petites télés. Ce nouveau cours va être marrant je crois.
  • 2000, dans le même petit village – Papa a acheté un ordinateur ! Et avec, des Cédéroms de jeux pour mieux travailler en français et en maths. J’adore les maths.
  • 2002, village un peu plus grand des Côtes d’Armor – J’entre au collège ! Maintenant, j’ai le droit d’aller tous les soirs sur internet pendant 10 minutes. Je dis à mes parents que c’est pour mes devoirs. En fait, j’ai installé MSN, c’est Anna qui m’a montré. Avec ça, on peut discuter le soir pendant qu’on est toutes les deux chez nous. Mais on n’arrive pas toujours à venir à la même heure. C’est dommage.
  • 2003, village perdu dans une campagne inconnue du sud de la France – On a déménagé. Mais l’avantage, c’est que papa a maintenant un ordinateur portable, donc moi, j’ai le droit de garder l’autre. Normal, je suis la plus grande. Je n’ai pas le droit de me connecter très longtemps, mais au moins je peux jouer autant que je veux.
  • 2005, dans la ville de Cyrano – Internet illimité. Dire qu’il y a encore quelques jours, je n’avais le droit de n’y aller qu’une heure par jour. On a aussi un nouvel ordinateur à la maison. J’espère que je pourrais avoir le portable dans quelques temps. Pour l’instant, papa le garde au travail avec lui. Mais je sais qu’il préfère travailler à la maison.
  • 2006, toujours au pays de Roxanne & Cyrano – notre premier ordinateur a rendu l’âme. Dommage, je n’en ai plus un à moi. Mais je peux utiliser celui du salon. Il est plus rapide, je peux regarder des séries en ligne sans m’arrêter 15 minutes toutes les 5 minutes de film…
  • 2007, petite bastide oubliée du Périgord – Ca a été long, mais après un énième déménagement, le portable est enfin à moi ! Je peux lire jusqu’à tard dans le noir. J’ai découvert ce site où des gens écrivent des histoires sur ma saga préférée, c’est génial, j’ai toujours quelque chose de nouveau à lire. Je suis devenue accro aux séries aussi. Je manque de sommeil.
  • 2009, de retour chez Cyrano – J’ai commencé à écrire et à publier mes histoires moi aussi. Les gens adorent, c’est génial ! En plus, j’ai eu mon Bac et avec ça, un joli cadeau : mon propre petit ordinateur, un netbook. Dans quelques semaines, je pars à la fac. J’aurai un appartement à moi. C’est difficile à imaginer, mais au moins, je sais que je ne serais jamais vraiment loin. Merci internet.
  • read more

Fail…

  • 8h30 – le réveil sonne, je l’assomme
  • 8h38 – je trouve le courage de me lever, j’allume la radio et écoute d’une oreille distraite les dernières nouveautés
  • 8h42 – des voix criardes ventant les mérites d’un déodorant laissent place à une publicité pour une célèbre chaîne de magasins se voulant les moins chers. Soupir.
  • 9h51 – l’autoradio me rappelle à nouveau qui sont les moins chers. Ils peuvent le prouver grâce à une application qu’ils ont inventée. Ils disent faire mieux que la chaîne concurrente qui proposent prix bas et confiance en prime. Soit.
  • 9h52 – je me gare sur le parking de la fac et télécharge l’application par curiosité… il faut que j’aille faire des courses ce soir, j’en profiterai pour essayer.
  • 10h00 – mon premier cours de la journée commence, j’allume mon ordinateur, ouvre mon logiciel de traitement de texte
  • 10h02 – je me connecte à internet pour jeter un œil à mes mails, je devrais avoir reçu le magazine des moins chers. Clic. Beaucoup de spams, les moins chers sont  bien au rendez-vous, c’en devient presque du harcèlement mais je reste fidèle.
  • 10h03 – entre deux prises de note, je continue la lecture de mes mails, l’un d’eux me mène sur un forum que j’aime assez pour y passer régulièrement. Clic. L’un des membres que je préfère a posté un message pour parler de son blog. La description est alléchante. Clic
  • 10h07 – Décidément, le prof ne s’arrête pas de parler, on ne peut plus surfer tranquillement de nos jours ? Enfin une petite pause. Du moins part-il dans un délire bien trop tiré par les cheveux pour que je ne le suive. Retour au fameux blog. Clic.
  • 10h21 – Tout en prenant de, certes très éparses, notes, je me lance dans la lecture d’un article dans lequel est présenté le projet d’écriture du membre dont je parlais plus haut ; Elayne Sedai. Clic. C’est que ça m’a l’air intéressant. Drôlement intéressant. Un lien vers sa page Facebook. Clic
  • 11h48 – le prof a fini de faire les cents pas dans mon dos, me forçant à feindre une attitude sérieuse. J’avoue que quand j’écoute avec mes deux oreilles, je comprends un peu plus de choses. Clic. Facebook. Je jette un œil à la page de l’auteur en herbe mais une petite fenêtre de conversation attire mon attention. Clic. Apparemment, je ne suis pas la seule à avoir décroché.
  • 11h57 – le prof abandonne l’idée de nous garder pour les trois dernières minutes. Dommage, on commençait à peine à s’amuser. Clic.
  • 13h31- un petit quart d’heure avant que le cours ne reprenne, j’ouvre mon ordinateur qui m’accueille silencieusement. Ma session s’ouvre où je l’avais abandonnée. J’ai beaucoup de notifications sur ma page facebook, mais un simple coup d’œil m’apprend que je n’ai pas loupé grand-chose. Ah si, ma cousine a mis de nouvelles photos de son bébé.
  • 13h42 – des publicités bien ciblées s’affichent sur la droite de ma page web. Clic. Enfin des nouvelles de ma série préférée ; Elucubrations d’un vampire torturé, saison 21 !
  • 13h47 – le prof essaie de reprendre, mais l’attention n’est pas présente à l’appel. Tant mieux, je peux continuer à admirer les dernières photos du ténébreux Ezéchiel Salvapovic… non pas que j’aurais arrêté de toute façon. Clic.
  • 13h51 – je prends quelques notes et références pour le moment où il faudra réviser pour les exams.
  • 13h59 – un concours pour gagner l’intégral des 21 saisons avec 3000 heures de bonus ! Clic. Il faut répondre à un questionnaire. Regard en coin vers le professeur, qui se bat contre le rétroprojecteur. Bien pour moi, ça. Il en a au moins pour dix minutes. Clic.
  • 14h21 – répondre à toutes les questions à prit un peu plus de temps que prévu, mais j’ai tout juste. En même temps qui ne sait pas que la chemise d’Ezéchiel est bleue nuit dans l’épisode 63 de la saison 17 ? J’ai toutes mes chances. Pour être certaine, je rentre quand même l’adresse mail de 20 amies. Ca va augmenter ma probabilité de remporter le gros lot. Clic, clic, clic !
  • 14h21 et 37secondes – noooooooooooooon ! L’ordinateur n’a pas tenu le choc alors que j’essayais d’ouvrir une photo D’Ezéchiel le ténébreux sous Photoshop. J’ai bien peur de n’avoir pas eu le temps de valider ma participation…
  • 14h22 – un juron peu élégant, mais qui m’aide néanmoins à soulager l’infinie détresse qui m’envahie, m’échappe. Quelques regards se tournent dans ma direction. Je m’en moque.
  • 14h27 – Clic. Il faut que je recommence…
  • read more

    Charade d’un jour

    Mon premier est un livre est au format poche, pas plus grand qu’une photo, il est un peu noir, un peu orange, ses pages sont jaunies, sa couverture cornée et recornée à force d’être torturée.

    Mon second m’a été offert par ma tante, qui me connaît bien, mais ne s’attendait surement pas à mettre entre mes mains d’adolescente quelque chose qui deviendrait si précieux. Quoique, elle me connaît bien.

    Mon troisième reste à mes côtés lorsque je me sens la plus seule, parfois il me sert d’oreiller involontaire, en somme il est le compagnon idéal. read more

    Play-vie

    ours musical blanc lapin en peluche doudou bouchon chemise de nuit cartes de vœux crayons petits morceaux de papiers  boîte de bonbons à papi crayons de couleurs stylo plume rose baccalauréat lecteur cd Harry Potter lunettes vélo à petites roues bonbons cahier guirlande de plumes ordinateur familial photo de famille premières ballerines pour le bal du lycée flûte du collège mégane bordeaux paysage de Bretagne en puzzle lecteur cd livres ordinateur d-lire gîte à Langoat portable coulissant chocolat read more