Charleville.

Même en Australie je retrouve Charleville! Je trouve ça dingue.

Vu la taille et la construction de la ville, on ne risque pas de s’y perdre. Tout est fait de manière rectangulaire avec des bâtiments plus ou moins gros, petits, longs… Bon certes, tout n’est pas rectangulaire, la ville est entouré de vastes plaines qui semblent brûlées à cause du soleil (une chose est sûre, ça n’arrivera pas dans les Ardennes). Quand on se balade, les routes paraissent vieilles, sales. Il n’y a pas vraiment d’endroits à visiter, mais au centre il y a tout de même un poste de police situé à côté d’une pharmacie, une gare, une librairie avec une école primaire à quelques rues de là. Plus loin se trouve un aéroport et un hôpital. read more

Histoire de croustibat.

Celui qui est mort pour la première fois d’une arrête de poisson plantée dans la gorge doit être celui qui ne savait pas ce qui était cuit ou cru, ou peut-être croustibat, qui, cette fois, s’est fait battre.

Le cuit et le cru ont dû faire leur apparition à la mort de croustibat. C’est à ce moment que le feu a dû apparaître. Par la suite est  apparut une tablette (d’argile bien sûr) appelé « mode d’emploi ».

Elle a sûrement été crée pour expliquer la façon dont il fallait cuir le poisson et comment il fallait le manger. Dans ce cas, on peut plus parler de recette que de mode d’emploi, mais c’est tout comme. Pauvre croustibat, ce mode d’emploi est arrivé trop tard pour toi. read more

pompompidou.

Spleen.


L’enfance, sûrement la meilleure chose de notre vie, mais aussi la plus regretté… A cette période, tout est beau, tout est rose comme on dit. On vit dans un rêve éveillé, en couleur, où tout va bien… Les personnages de nos dessins animés sont nos héros, et nous rêvons de leur ressembler. Alors on collectionne tout ce qui les concerne, que ce soit des figurines ou même des pez. Mais bientôt, tout change, et le « corps » de ce bon vieux Carlos en pez se termine en poteau.  Au pied de ce poteau ? Une poubelle. Une poubelle pas comme les autres bien sûr…une poubelle brûlée…Comme le temps de notre enfance qui ne vit qu’à travers nos souvenirs. read more

évolution : encore et encore…

Premier ordinateur familial en 1998, à la base, pour les frangins. Première connexion sur msn en 6ème, avec cette fois, un nouvel ordinateur familial (évolution oblige). Utilisation d’internet qui devient de plus en plus courante, paradoxalement, sans le vouloir. Août 2011, apprentissage d’internet par les parents et la grand-mère car la dernière s’en va (pas évident). Toujours en août 2011, achat d’un ordinateur portable, cette fois, réellement à moi.