Hazy cloud

La liste serait longue si on devait expliquer les raisons du combat qui opposent les chatons et les labradors. Plus compliqué encore qu’une affaire conjugale, l’origine de ce désamour demeure une question sans réponse. C’est peut-être une question d’identité, ou d’Histoire. Ou bien d’écureuil. Ça arrive parfois, chercher donc sur le web, surtout dans les forums : il s’y passe parfois des choses étranges. Dans l’immense labyrinthe numérique vous verrez qu’on voyage, baladé par  les souvenirs parfois mensongers d’internaute en crise d’imagination.

Eudoxie

Brave fille d’Oosterzele, à la chevelure crollée, Eudoxie était née dans une famille de commerçants, sensibles aux arts mais rustres. Bien élevée et travailleuse, elle rencontra bientôt Léon jeune wallon séduisant et viril originaire de la province de Mons, dans le Hainaut. Elle quitta bientôt sa Flandres natale  et sa famille pour le sud,  et s’installa dans le mariage et la maternité multiple, braillant sur une portée d’enfants, talentueux bisbrouilleurs qui lui faisaient des misères pour ne pas avoir à finir leur chicons. Quand Léon était là c’était bien, sinon les petits d’Eudoxie se débrouillaient alors qu’elle travaillait comme femme d’ouvrage, s’échinant à faire blinquer des banques et des maisons bourgeoises. read more

H.E.V

Ce que je ne sais pas c’est si ce H est le commencement d’une éternité pour Instin.Il est mort, (comme on se doit de l’être quand on a une tombe et une arrière-arrière-arrière-arrière-petite-fille) sans avoir pu le raconter, comme tout le monde. On ne le connaît pas; d’ailleurs, alors on l’invente.
Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi on s’en fait tout un poème, d’un homme qui vécu l’existence banale d’un général. Peut-être a-t-il fait quelque chose singulière. Je ne vois rien de particulier.
Ce que je ne saisis pas c’est la fascination qu’exerce une personne disparue, ce qu’il en reste à la surface du monde et ce qui s’en déploie sur la toile, parchemin numérique où s’écrit la légende d’un homme ordinaire.
Ce que je vois mal c’est pourquoi fantasmer sur un fantôme.
Ce que je perçois ce sont ces interpolations incessantes hypertextées où les artistes et autres extrapolent. read more

La petite chose.

Je n’étais même pas là qu’on en parlait déjà. Me nommer. C’est une affaire sérieuse, ça vous suit toute une vie. Il vaut mieux que ça plaise, aux parents, aux sœurs et au frère, à la famille, bref, à vous aussi, si possible, mais ça on ne peut pas le savoir.

Quand est-ce qu’on m’a appelée? Je parie qu’avec mes dix jours de retard, ma mère m’appelait déjà pour éviter la césarienne. Et quand je suis née, sans crier parce que je m’étais emmêlée, je suis certaine qu’on m’a appelée en me donnant des petites tapes pour me réveiller. read more

Mélanscholia

Dans cette longue rue large qui mène au Jardin des Plantes il y a mon école Elle s’étend sur deux rues, d’un côté rue Bosnières, de l’autre rue aux Juifs; Pour y accéder on passe soit par la rue Sophronyme Beaujour, si on vient du Jardin des Plantes, c’est plus direct si on vient de la rue du Chanoine Xavier de Saint-Pol ou bien si on descend le Gaillon. On peut aussi couper par la cantine, mais pas sans y être invité.

Le portail de la maternelle est dissimulé par la salle de jeux côté rue, dont les fenêtres sont les cadres où on suspend les échasses en plastiques multicolores, les cordes à sauter et les cerceaux. C’est le lieu de la gymnastique, des contes et des anniversaires. Si on longe le mur, il y a la grille bleue de la cour des grands qui ouvre sur le bâtiment le plus imposant, sur deux étages, avec quatre salles occupées à temps plein et deux pour l’art plastique et les langues étrangères, théâtres de récré sauvages. Un large préau lisse, où on jouait au foot, même mal, et une cour qui était un terrain dangereusement fréquentable, où les parties de basket se mélangeaient aux parties d’épervier, dans un charmant chaos, encerclé par des groupes de filles plus ou moins sages qui jouent à l’élastique ou s’assoient sur le muret, adossé à la barrière pour jouer aux cartes ou bavarder; Aux extrémités du préau, il y a à gauche la cantine, à droite le bureau de la directrice. Je n’ai fréquenté ni l’un ni l’autre. Au milieu les WC. En face du préau, un couloir vitré d’où les petits maternelles sur la pointe des pieds peuvent espionner les grands. read more

off/course.

« Comme un soleil sur la mélancolie
Comme un jardin qu’on n’ouvre que la nuit
Comme un parfum qui traîne à la marée… »

radio/off
moteur/off

portière/open
caddy/ok
DAMDAMDAM Chères client(E/off , parti pris étrange vu la clientèle un mercredi à 15h) en cette période de soldes, Carrouf vous informe que vous bénéficiez dés aujourd’hui de réductions jusqu’à -50% sur les rayons lingerie, textiles homme/femme/enfant et bébé! n’hésitez plus! » DAMDAMDAM read more

achat pieces VW

ACHAT GROUPE westy pour pieces

par Popower le Jeu 4 Nov – 1:42

slt tlm je cherche des pieces pour mon VW T3 full tolé je suis du 60 je cherche un westy à racheté à plusieur pour se séparer les pièce, (pas me faire arnaquer)

perso j’ai besoin des meubles (placard, banquette, évier) j’ai juste l’isolation faite a l’intérieur et j’ai besoin de connaitre les prix
je cherche aussi un pare-buffle.

Re: ACHAT GROUPE westy pour pieces read more

Arsène râle.

Il  tousse et il lit; ça le concerne drôlement. Pour une fois, le site du sénat parle de lui. « Au cours de son audition, le professeur Got rappelait que « la connaissance sur le risque est bonne depuis environ 40 ans, que les moyens à mettre en œuvre sont décrits, que l’insuffisance d’une sécurité fixée par le taux de fibres dans l’air est reconnue et exprimée dès 1965 ». Il a ainsi souligné la discordance complète entre le risque documenté et l’attitude qui pouvait exister dans les entreprises, dans les pratiques professionnelles, pour essayer de réduire ce risque. Il y avait, selon lui, une acceptation du risque liée à une sous-estimation considérable de son intensité. » La santé décatie,  il vient de passer sa nuit plus malade qu’en mer.. En traversant le couloir il a bien cru être embarqué, tellement ça tanguait… Vivement qu’il ait moins de vésicule biliaire, mais il lui restera toujours le cholestérol en sus. Debout à 4h, impossible de rester niché, il a peur de mourir étouffé par sa toux si par malheur il s’endormait sur le dos. C’est cette bronchite, au rendez-vous chaque hiver, qui le secoue comme si sa toux voulait le briser, comme un ressac dans sa gorge, à l’intérieur grattée par ses ongles, dont les plaies se gorgeraient de sel. « Les deux veuves qui se sont exprimées ont apporté un témoignage particulièrement poignant. Elles ont insisté sur l’âge relativement jeune de leurs maris à leur décès, respectivement 59 ans et 50 ans, et sur les souffrances qu’ils ont endurées. L’une des deux veuves a dû assurer seule l’éducation de ses cinq enfants à 46 ans. » Ah ça! Des collègues, il en a vu s’en aller avant d’avoir pu profiter de la retraite, avant même de voir marier leurs enfants… Lui il est là parce qu’il n’a travaillé à l’Arsenal que cinq ans, et ça a suffit pour  lui empoisonné la vie. Il garde le cap, que veux-tu, sans se plaindre; il fallait bien travailler. Quand il y pense, les chefs n’étaient pas dans les parages quand ils s’échinaient dans cet étrange brouillard de poussière blanc. Depuis il doit prendre ces cachets qui  lui font du mal alors qu’ils sont censés le soigner, atténuer ce mal qu’il a attrapé au travail… Il aurait du s’écouter davantage, se promener davantage… Maintenant à cause de ce traitement, il a le foie comme alcoolisé chroniquement, alors qu’il n’a jamais été porté  plus qu’un autre sur la bouteille. « Elles ont exprimé le sentiment de gâchis familial et social engendré par l’amiante et qui n’aurait jamais dû survenir si leurs maris avaient travaillé ailleurs. Dénonçant le laxisme de l’ensemble des acteurs professionnels, elles ont souhaité un procès pénal de l’amiante qui permettrait de désigner les responsables, non par souci de vengeance, mais pour qu’un tel drame ne se reproduise plus jamais. » Est-ce que quelqu’un s’y intéresse? Ca chiffonne qui au juste qu’il s’étouffe et qu’il souffre? «  Les pathologies provoquées par l’amiante présentent des degrés de gravité et d’évolutivité très différents. Toutefois, selon le même rapport, « persistance du risque tout au long de la vie après la fin de l’exposition et peu ou pas de traitement médical curatif ». L’amiante est à l’origine de maladies bénignes mais aussi de maladies malignes particulièrement redoutables, les fibres retenues dans les poumons pouvant interagir localement avec les tissus et provoquer une inflammation du poumon et/ou du tissu qui l’enveloppe, la plèvre. » Il crache, il râle, il brûle. Le sénat connaît bien son cas mais il n’est pas certain que ça l’aidera. read more

Des vertus insoupçonnables.

Un éminent scientifique publie les résultats de ses recherches concernant les injections de pulpe de tomate dans différentes parties du corps de sujets variés, animaux et humains, telle qu’une cantatrice soprano ; les effets du fruit sur le cerveau ont été pour le moins stupéfiants puisque les résultats de cette analyse reconnaissent à la tomate un fort pouvoir anesthésiant ainsi qu’une propension à améliorer les performances vocales.