Collaboration, transformation, appropriation

Qui a décidé pour moi ? MOI. C’est toujours moi. Je n’ai pas besoin de m’arrêter. STOP. A environ 50 mètres – Le bonheur est une route qui ne se finit jamais. L’alternative ? Continuer tout droit pendant environ deux-cent mètres avant de tourner à gauche. Je tourne franchement à droite. La route de gauche, où peut-elle bien mener ? Je ne me souviens pas… Je ne me souviens plus… personne ne s’en souvient plus.

Panneau de signalisation : interdit de tourner à gauche. read more

Trajet en ville dans le bus

Pirmil. Descente du bus. Montée dans le tram. Ligne 2 Orvault Grand Val. Des affiches de la Tan, « passez à la formule Libertan », « abandonnez votre ticket mensuel », « l’alcool, le mieux c’est de ne pas en abuser », « respectez les autres usagers », etc. Devant moi, Alcatel , good girls bad boys sur un t-shirt, brochure pour l’agence de voyage Marmara dans la main d’un usager. Mangin. Grand panneau publicitaire, Renault. Wattignies. Vincent Gâche. Dora sur un livre que tient une enfant. Super marché spécialité africaine. VTT. Hotel Dieu. Aimé Delrue. Hôtel Dieu. Faculté de Médecine. Love tagué sur un muret. Brasserie, restaurant. Cool Burger. Les Utopiales sur un grand panneau publicitaires. Bicloo. Commerce. Descente du tram, montée dans le bus. C1, Gare de Chatenay. « Les nouveaux chronobus dans votre ville, C1, C2, C3, C4… » sur une affiche. Camaïeu. Sandwicherie. Sur place ou à emporter. Flaubert, en page de couverture sur le livre de la dame en face de moi. Halluchère-Batignolles. Sephora. Papeterie. France Loisirs. Encadrim. C&A. Sandwhicherie. Bob Marley. SOHO. Naf-Naf, Promod, Pimkie. Monoprix. Rue du Calvaire. read more

Trajet en ville street view

Trafic Limité. Eurodif. C1 Gare Chantenay. Calvaire. Pschiiiit. – 30 % sur tout le magasin. Zara. Saint-Nicolas. Rue Affre. C&A Forum Privat. 7 Bis. Papeterie. France Loisirs. Encadrim. Sephora. M.R. Go Sport. Weldom. BA. Axe Bus.12 000 articles de marques. Bershka. SOLDES. Camaïeu. Magasin Vert. Sur place ou à emporter. Marcel Paul. Nantes Métropole. Montée par l’avant. Banque Populaire Atlantide. Sandwicherie. Institut. Sapotille. Lila Loire Atlantique. Club Bouygues. Madura. Numéricable. Camara. 19,90 €. Librairie Durance. Coca-Cola. Tatoo. Photos d’identité. Heineken. Delhi’s Café. Coca-Cola. Commerce. Pirmil. Pâtisseries Vénoiseries. Bose. Open’up. STEA. read more

Trajet en ville de mémoire

Rue du Calvaire. H&M. Je vois la pâtisserie Debotté au bout de la rue. Mémoire sélective. Casa en lettres blanches, grasses, sur fond vert. Zara, -50 %, chocolats et cafés chauds. Anti-aéroport Notre Dame des Landes peint sur le sol, comme pour ne pas que l’avion décolle. MONOPRIX me suit à la trace sur plusieurs dizaines de mètres. En passant, 42 Halluchère-Batignolles, faire signe svp. Pimkie, Promod, Naf-Naf. Croissant, pains au chocolat, sandwich, panini, servis tout chaud. En face, Bob Marley. SOHO. A 15 mètres à droite. Réserve Naturelle. 29,99 €. C&A. SAGA. C1, Gare de Chantenay. Rue… Camaïeu. Neustrie. Crédit Mutuel. Taxi. CJ149HA. Le grand café. Durance. Festival littéraire Atlantide. Agora. Tatouage. Café. read more

J’habite nulle part… j’habite partout

J’habite nulle part.

J’habite dans une maison, dans une maison en bois au jardin parsemé de sapins et de bouleaux.

J’habite dans une maison d’un quartier, une impasse composée de moins de dix autres habitations.

J’habite près d’un collège, près d’une école primaire, près d’un restaurant, près de nombreux autres quartiers.

J’habite près d’un parc aussi, bordé par la Loire.

J’habite dans une maison d’un quartier d’une petite ville. read more

Si Google disait vrai et que du vrai…

Si Google disait vrai et que du vrai… Lola serait présentée – sur le site de quelqu’un peut-être qui aurait jugé ce portrait intéressant, mais pas sur le sien – comme une jeune fille, considérée comme très jeune pour certains, voire même un peu trop, alors que pourtant elle aimerait parfois, souvent peut-être mais pas tout le temps non plus (elle reste quand même une gamine insatisfaite de son époque) ralentir le temps afin de n’avoir aucun regret et pouvoir se pencher jusqu’à en avoir le vertige sur tout ce qui lui donne envie ; les voyages, les expériences, les livres, la musique et je-n-en-finirais-jamais. Si Google disait vrai et que du vrai il saurait détecter tous les pseudos utilisés par Lola afin que, justement, Google ne la retrouve pas, Google et les autres d’ailleurs – ça me fait penser à toutes les identités qui traînent sur la toile et qui ne sont en fait qu’une seule et même personne, ou à toutes celles qui existent mais qui ont été oubliées par leurs propriétaires, ou à toutes les personnes qui ne sont plus mais qui demeurent virtuellement – peut-être que finalement ses identités multiples sur le web sont révélatrices. Sans doute apparaîtrait la ville où elle a toujours vécue qu’elle affectionne particulièrement, cependant ce serait un portrait incomplet si on n’évoquait pas tous celles qu’elles espèrent parcourir un jour (ou une nuit), il faudrait aussi mentionner les voyages qu’elle a déjà eu l’occasion de faire, des kilomètres parcourus avec ses amis et d’autres encore avec sa famille, légèrement décomposée aujourd’hui d’ailleurs, qui s’effiloche, à bout de souffle, un peu comme un pull détendu après de longs et fatigants passages à la machine, elle n’aime pas non plus faire le ménage, comme tout le monde d’ailleurs (enfin en tous cas ce n’est pas le genre de personne à nettoyer et à ranger son appart de fond en comble parce qu’elle est stressée – dans ces cas-là c’est plutôt le genre à vider les placards) mais Google ne le dit pas ça, Google dit tout en ne disant rien, étrange paradoxe dont pourtant il en tire tout, la jolie photo de Google ne dit pas non plus si Lola sourit toujours autant en ce moment même et si le paysage de sa ville natale est toujours aussi ensoleillé, alors qu’il nous donne l’impression d’être dans l’instantanéité ; de ce fait elle choisirait probablement de montrer ce qui ne change pas (il y aurait un lien vers la chanson de Céline Dion On ne change pas), on trouverait alors sur le moteur de recherche des résumés de livres qu’elle a lus et dont elle garde un millier de séquelles, comme celui de Sartre, même si l’ouvrage qui l’a le plus marqué est à l’origine un discours, serait présenté aussi ses pièces de théâtre et ses romans, il y aurait également une photo de lui – avec son œil gauche qui se fait la malle – et Simone de Beauvoir, il ne faudrait pas non plus omettre de citer le célèbre livre de Kundera qu’elle n’aimerait qu’on oublie, peut-être oui voilà, elle aimerait qu’on évoque toutes les choses qui la construisent et qui ne s’oublient pas, qui ne doivent pas s’oublier. read more