Le silence de Dita m’a égaré

Une femme. Dita. Dita Kepler. Encore, encore, et toujours elle.
Qui revient, qui fuit, qui court, qui revient.

Elle nous échappe sans cesse, pour toujours mieux nous revenir.
Elle s’envole comme un souffle, une brise, par la vitre, dans la rue. Sur le pont.

Cela s’en va. Chassé. Balayé. Envolé. Arraché. Démembré.Effacé.

Cela revient. Attiré. Déposé. Jeté. Surligné. Rassemblé. Réordonné.

Chute littéraire, cascade de mot, pluie de lettres, rebond d’un nom.
Remonter pour mieux retomber. read more