Séance 3 Image et texte exercice1

Exercice 1 – autour des todolistes et du travail de Christine Jeanney (le livre fichaises)

j’impose deux photos présentes dans la bibliothèque du blog (voir ci-dessous)
aller les chercher, les incorporer, regarder leur taille – et parler de ces aspects
et je propose d’écrire un texte qui coure entre les deux photos en question, sur la page, texte justifié de 15 lignes, qui relie les photos graphiquement et en écriture – ceci n’a pas à être descriptif, étant donné la différence des deux images. read more

Une pou(pas)belle

Chéri,

_Ce matin, avant d’aller au boulot, j’ai eu la bonne surprise de tomber sur ça. J’hésitais entre remercier le chien ou toi, finalement je t’ai choisi, sois-en ravi. Je te donne approximativement 8 heures pour tout nettoyer. J’emmène ta collection de Pez avec moi, tu ne la retrouveras qu’à condition que moi-même je revois ma terrasse intacte. Regarde bien leur visage effrayé, qu’ils t’émeuvent jusqu’à ce que tu trouves le courage de passer le balai. read more

oh scandale!

« La nouvelle du jour : quand les PEZ défilent, le désordre se faufile! article du grand journal

contre toutes attentes, la journée du samedi 19 août a été haute en couleur. Les PEZ, petites boites distributrices de bonbons, ont défilé dans les rues en hommage à leur créateur, décédé à la suite d’une trop grande densité de caries dans les dents. Les rues de Disneyland ont été inondées des couleurs criardes et de mauvais gout de ces petites boites. Ce n’est cependant pas ce que nous retiendrons le plus de la journée. En effet, les habitants ont été choqués du désordre laissé suite à la manifestation. Bouteilles, sacs plastiques, un capharnaüm indescriptible encombrait la chaussé. « Comment de si petits personnages peuvent laisser autant de désordre!? » s’est exclamé devant Tic notre reporter  (à moins que ce ne soit Tac?). read more

Spleen.


L’enfance, sûrement la meilleure chose de notre vie, mais aussi la plus regretté… A cette période, tout est beau, tout est rose comme on dit. On vit dans un rêve éveillé, en couleur, où tout va bien… Les personnages de nos dessins animés sont nos héros, et nous rêvons de leur ressembler. Alors on collectionne tout ce qui les concerne, que ce soit des figurines ou même des pez. Mais bientôt, tout change, et le « corps » de ce bon vieux Carlos en pez se termine en poteau.  Au pied de ce poteau ? Une poubelle. Une poubelle pas comme les autres bien sûr…une poubelle brûlée…Comme le temps de notre enfance qui ne vit qu’à travers nos souvenirs. read more

Foule…

Chaque individu se presse derrière un autre. Marron, jaune, rose… une multitude de couleur pour finir en masse noire. Tellement différents…des gros, des maigres… tous uniques mais finissant comme des « moutons. Ils regardent tous dans la même direction tels les tournesols tournent leurs têtes vers le soleil… je m’interroge : qu’est-ce qui vaut de se tasser et se faire marcher sur les pieds de la sorte ? Les uns abordent de larges sourires (même niais) un autre semble en vouloir à quelques uns… encore un peu et il mord! Celui-ci semble résigné et regardez moi celui-ci comme il vire au vert; se sent-il mal? C’est un feu d’artifice de couleurs et d’expressions… Je m’interroge toujours : où vont-ils ainsi d’un commun accord, telle une armée de soldats ( joyeux) ? Mais , est-ce que ça ne serait pas…? à moins que…? ou encore…? Eurêka! ça y’ est je sais : c’est… PAF! L’un d’entre eux, Le BLEU, vient d’être poussé sur le côte et s’est heurté à… mon Dieu!! Ne serait-ce pas? … read more

La vie est plastique (c’est fantastique)

Putain ils m’ont eu. Ils ont marché sur mon corps comme ils ont noyé la ville, sans autre chose dans le regard qu’une tache de plastique colorée. Si encore ils chantaient, si ils vibraient, si ils haïssaient. Ils cliquètent seulement en sautillant, tranquillement. Une vague de passifs envahisseurs, qui se baladaient d’abord en si petites troupes que personne ne s’en serait soucié. On croyait à une opération publicitaire faussement originale, on les écrasait avec parfois un soupçon de culpabilité. Une asso écolo ou deux, puis une dizaine, commencèrent à s’indigner, du plastique en liberté, comme ça, libre de s’enterrer dans nos terres, juste pour promouvoir un consumérisme souriant ! Mais leur préoccupation bassement verte s’effacèrent vite pour des peurs moins rationnelles quand l’on s’aperçut qu’aucune agence de marketing ne revendiquait l’action ; que les Pez se démultipliaient sans faiblir, qu’ils absorbaient la chair et la matière au lieu de distribuer des douceurs ; qu’enfin, ils résistaient aux plus fortes pressions comme aux chaleurs extrêmes.
Ils n’aspiraient (c’est après un mois de terreurs que des analystes le firent remarquer) que les morceaux d’humains et leurs produits manufacturés, délaissant plantes, minéraux et animaux entiers. read more

Apocalypse Now

C’est la révolution.

Bombes acidulées, caries, visages déformés par la haine. C’est la guerre. Les enfants attaqués, soumis, hurlent. Là, alignés, ils arrivent. Tremblez devant les chiens bariolés, les étoiles de mer génétiquement modifiées ou les boas constricteurs. Ils cliquent, pas à pas, déversant leurs grenades enrichies en glucose. Les immeubles partent en fumée. Le président est déjà mort d’hyperglycémie. L’armée vaincue par le diabète. Ne restent que les métabolismes rapides ou les habitués. La résistance s’organise parmi les survivants. Mais il est trop tard. read more

Reflexions d’une ballade en ville

Pour rire, j’appelle ça de l’art urbain.

Je dois avouer que je n’ai jamais saisi la fibre artistique. Qu’est-ce qui est contemporain ? Qu’est qui ne l’est pas ? Qui est artiste ? Qu’est qui est « Art », tout simplement ? Je ne sais pas.

Enfin voilà, je suis là, face à une poubelle cramée, et je me demande pourquoi. Quel intérêt y a-t-il à incendier une pauvre boîte de plastique, qui fait fièrement son boulot depuis toujours, sans rien demander à personne ? Le briquet dans la main, je pense : peut-être est-ce pour faire passer un message ? « SDF en ont marre de bouffer des restes crus ! Faisons cuire nos poubelles ! » Ou bien c’est du simple vandalisme, des protestations contre notre société… Quoiqu’il en soit, je me rend compte que l’idée n’est pas très fine ; le plastique, ça pue. read more