Questions d’importance avec Claude Ponti

Nous travaillerons avec le livre numérique intense, étonnant, merveilleux de Claude Ponti chez Publie.net : Questions d’importance, dont j’ai par ailleurs parlé dans cette note critique chez Livre au Centre.
Même constat que dans cet article : une des forces du livre et ce rapport « hors d’âge » du locuteur : le principe de questions inlassablement ajoutées est celui d’un rapport enfantin (c’est à dire aussi sceptique que fantaisiste) au Monde et aux mots, enrichi par la conscience adulte de la fragilité des choses. Il y a de l’efficace dans cette addition, littéralement renversante. read more

[.]

La première personne insultée c’est surtout celle qui a éprouvé l’insulte comme telle la première. Peut-être était-ce dans son cœur (mais l’avouer aurait peut être insulté son honneur), dans sa race (mais il avait peut être trop d’orgueil pour répondre) dans sa sagesse enfin, sûrement, car il faut être fou pour la laisser insulter. Ou dans son corps.

Mais avant que quiconque soit insulté il y a la première insulte. Peut-être n’en était-elle pas une, pas de celle qu’on s’imagine aujourd’hui. Peut-être n’était-ce pas un mot, mais juste un regard. Peut-être même était-ce de l’amour, peut-être le premier. read more

« C’est folie d’entreprendre plus qu’on ne peut » (Sophocle)

1_ Elle voulait tout. Sans plus attendre. Ne cherchait pas à comprendre, ne connaissait pas le bon sens, la réflexion. Il y avait ses pulsions, ses besoins qu’elle ne contrôlait pas. Comme si sa vie en dépendait : elle n’a pas hésité. Elle a bravé le danger, franchi l’interdit. Nulle peur elle n’avait, puisque mourir lui était égal. Mourir plutôt que de vivre dans la souffrance, mourir plutôt que de ne pas avoir ce que l’on désirait. L’enfer, elle irait s’il le fallait ! Mais jamais elle ne renoncerai…
Ainsi étaient les pensées de la biche Gonanti, alors qu’elle gambadait en terres interdites à la recherche d’une feuille de chêne. read more

Histoire de croustibat.

Celui qui est mort pour la première fois d’une arrête de poisson plantée dans la gorge doit être celui qui ne savait pas ce qui était cuit ou cru, ou peut-être croustibat, qui, cette fois, s’est fait battre.

Le cuit et le cru ont dû faire leur apparition à la mort de croustibat. C’est à ce moment que le feu a dû apparaître. Par la suite est  apparut une tablette (d’argile bien sûr) appelé « mode d’emploi ».

Elle a sûrement été crée pour expliquer la façon dont il fallait cuir le poisson et comment il fallait le manger. Dans ce cas, on peut plus parler de recette que de mode d’emploi, mais c’est tout comme. Pauvre croustibat, ce mode d’emploi est arrivé trop tard pour toi. read more

enfant de 4 ans surdoué et papy fatigué

Papy veut bien répondre à tes questions, mais pas trop, hein ? Alors, il y a bien longtemps, alors que tout était noir et enchanté, surgit l’homme. Tous avait un nom. Sauf un. Son nom s’est noyé dans la profondeur impitoyable de l’oubli, ou bien a brulé avec la haine des hommes (pleure pas petit!). Toutes traces de lui ont été purifiées. Seul un jeune enfant l’a désigné, mais il a été banni. Ce fut la deuxième personne anonyme. Pour revenir au premier, il est tombé dans la folie, car sans nom pour s’attacher à la Terre, il s’est envolé loin. Voila, le nom de la première personne anonyme était Anonyme. read more

Pièce montée

Judas avait toujours apprécié les fruits de mer, mais c’est bien un merlan qui par ses arrêtes de respirer le stoppa net.

C’était autre, différent, dissonant étourdissant. Ce n’était plus le même enfouissement, ce n’était plus un enfouissement. La densité moite, nourrissante, granuleuse qui l’écrasait si naturellement, n’était plus. Le flux lent, la croissance alanguie, la tiédeur des vers qui parfois la frôlaient, le vent sur ses feuilles qui s’allongeaient, s’épanouissaient grâce aux mariages constamment renouvelés des minéraux, de l’eau et du soleil, cette vie tranquille, juste un passé bientôt flou. Les grognements bestiaux brouillaient l’éclat de l’air, les cailloux durs plantés dans une surface molle et sanguine la mâchaient maintenant qu’ils l’avaient brusquement, sans aucune fluidité, arrachée de terre.
Le premier marcassin mangeait sa première carotte. read more

Make no sense

Surement désorienté. Elle était là, plantée dans le sol avec ses semblables, innocente, heureuse.
Jusqu’au jour ou on décide de l’arracher de sa terre natale.
Pourquoi ?
Une question qu’elle se posera encore et encore, sans jamais connaître de réponse.

Finir manger tel fut son destin !

Finalement cette personne aurai dû s’opposer a cette union, même pour ne rien dire. Maintenant la voilà muette pour le reste de sa vie ! Merci Monsieur mon Père ! C’est bien la dernière fois que je retourne a un mariage.
A cette époque, l’abée Charles Michel de l’Épée n’avait peut-être pas encore pensé le langage des signes.
La voilà réduite a une vie de silence, le bec cloué ! read more

Quai des Brumes. 17h47. Passage d’un labrador.

Je suis tombée. Pas sur ma jambe pourtant. Mais c’est sa faute. Il était là. Il m’a tout dit. Il le sait que c’est sa faute. Mince alors ! C’est ma première jambe. Ma dernière. Elle est partie comme ça. J’ai pas eu mal. Pas à la jambe. Je crois que c’est la première jambe de toute l’Histoire. La première jambe c’est la mienne. Je suis la dernière jambe. La jambe, c’est le secret de l’équilibre. Sans jambes on tombe. Donc je suis tombée. read more

C’est l’histoire de personne, quelqu’un comme tout le monde.

Il a la face ridée comme un vieux caillou. Un caillou qui aurait du vécu, de nombreux voyages derrière lui. Un caillou éraflé puis brisé, un caillou plein de boue, lavé par la pluie, cuit par le soleil. Un caillou vraiment très très vieux. Cela le fait rire. Il s’appelle Pierre et il est aussi vieux qu’un caillou.

C’est un homme. Il est seul, il ne sait pas, il ne sait rien. C’est un homme qui apprend, qui rencontre et qui réalise qu’il n’a pas d’identité. Il n’a ni nom ni prénom, personne ne l’appelle, on l’interpelle. On n’a pas de nom non plus. Mais lui, c’est le premier. Il était là avant on. Lui, c’est le premier, c’est Anonyme. read more