Séance 2 – lundi 10 novembre 2014 | Trous de mémoire & autobiographie numérique

Séance 2 – lundi 10 novembre 2014
Trous de mémoire & autobiographie numérique

Depuis les autobiographies numériques (en raconter, en lire, donner le lien),
Sur Poieo
http://blogs.iutlaroche.univ-nantes.fr/poieo-numerique/category/poieo-numerique-2011-2012/seance-2/exercice-2-mon-autobiographie-numerique/
http://blogs.iutlaroche.univ-nantes.fr/poieo-numerique/category/poeio-numerique-2012-2013/seance-4-poeio-numerique-2012-2013/exercice-2-seance-4-poeio-numerique-2012-2013/
et donc de récit de l’exercice pour restituer le mouvement menant à ces productions, est formulée une proposition de lecture attentive et de questionnement réflexif depuis ces récits : read more

je ne me souviens pas (2)

La boîte noire, la fameuse boîte que tout être humain convoite : L’ordinateur ! Soyons honnêtes, qui se souvient du premier ordinateur qu’il ait vu ? et bien moi, je ne m’en souviens pas, mais c’était sans doute durant la fin de l’hiver de ma première ou deuxième année. Je ne me souviens pas non plus comment et où je l’ai vu, mais il me paraît normal que ce soit mon père qui me l’ait montré et que cela se soit produit dans mon salon. Je ne me souviens de la première impression que j’ai eue en voyant cette grosse boîte noire, posée sous le bureau du salon, mais je pense avoir été surprise en voyant des images défilées l’écran. Je ne me souviens pas non plus de la raison pour laquelle j’ai commencé à m’en servir ni quelles ont été mes premières activités sur internet, mais je peux supposer que j’ai commencé par jouer à des jeux en ligne. Je ne me souviens pas du moment où j’ai commencé à regardé des films en streaming ni quand j’ai découvert Facebook, mais je crois que c’était au collège, quand j’étais en cinquième. Je ne me souviens pas combien d’heures je passais sur l’ordinateur familial avant, mais aujourd’hui, je sais que je suis en total excès, mais c’est pas grave. Je ne devais pas passer trop de temps dessus car mon père prenait toujours la place. Je ne me souviens pas vraiment du moment où j’ai commencé à préférer rester cloîtrer à l’intérieur pour suivre mes séries, plutôt que d’aller me baigner dans ma piscine creusée… Je crois que c’était à la même époque où j’ai eu mon second ordinateur, soit à mes 12 ans. Je ne me souviens pas avoir pris conscience de la constante évolution du numérique avant d’avoir mon propre ordinateur portable, et encore. Je n’en ai pris que conscience que depuis peu. Finalement, je ne me souviens pas avoir vécu un jour sans l’ère numérique, sauf peut-être quand je pars en vacances. read more

je ne me souviens pas (2)

Il était une fois, une boîte grise, ou blanche. Je ne me souviens pas. Peut-être les deux à vrai dire. Une sorte de couleur un peu fade, du genre, gris souris délavé. Tel un gros paquet cadeau qui semble sans intérêt, mais qui ne l’était sans doute pas, on l’appelait « ordinateur ». Enfin, c’est ce qu’on raconte. Moi, je ne m’en souviens plus. Mais sans doute qu’« ordinatueur » aurais été plus approprié vu le nombre de disputes qu’il a dû engendrer.
Et puis, de toute façon, pourquoi être fasciné face à un coffre vide ? C’est comme les bigorneaux, il faut qu’il soient à l’intérieur de leur coquille pour que ce soient intéressant à manger.
Bref, cet espèce de carton a élu domicile dans la salle de jeux de la maison. Il était là, sans que je me souvienne de sa présence. (Même si, au fond, je dois bien l’avouer, je lui lançais des petits coups d’oeil furtifs pour vérifier s’il était toujours là.) Je passais devant sans le voir (ou presque) et entendait son grognement incessant sans véritablement l’entendre (tu parles !). C’était comme un nouveau jouet qui ne nous plaît pas et que l’on met au fond du placard pour enterrer son souvenir (qui, au fond, ne disparaîtra pas complètement). Un souvenir qui resurgira dans un futur proche, mais ça, je ne pouvais pas m’en souvenir. read more

je ne me souviens pas (2)

Autobiographie numérique : Je ne me souviens plus.

Je me souviens avoir eu mon premier ordinateur en CM1 ou en CM2, gros écran et centrale, ordinateur beige mais pas du moment ou l’on a du le jeter, sûrement pendant ma 6ème.

Je me souviens des difficultés de mes parents pour se servir de notre nouvel ordinateur mais plus du jour ou nous l’avons reçu, mais a priori c’était pendant mon apprentissage à l’école primaire.

Je ne me souviens pas du temps que j’ai passé sur l’ordinateur même si c’était souvent une heure, deux à l’extrême limite par jour à la maison. read more

je ne me souviens pas (2)

Je ne me souviens pas
Ou pas

Je ne me souviens pas la première fois que j’ai touché à un clavier, ni vu un écran d’ordinateur.
C’est quand j’étais encore dans le ventre de ma mère.

Je ne me souviens pas de la couleur de ce clavier, de sa largeur, de son épaisseur, si j’avais du mal à taper avec, si c’était facile.
Le touches étaient bleues et le fond était noir. Il faisait, oh, un bon petit mètre de large et épais de 17,86 centimètres. Les touches étaient énormes, mes petits doigts avaient du mal à appuyer. read more

je ne me souviens pas (2)

Usage passif et routinier ?

Je ne me souviens pas… avoir appris à utiliser un ordinateur.

Qui me l’a appris?
Ma grand-mère certainement.

Je ne me souviens pas… de mon âge le jour où j’ai touché un ordinateur pour la première fois.

Quel âge ?
Bien trop jeune.

Je ne me souviens pas… des premiers jeux auxquelles j’ai pu jouer sur internet.

Quel site ?
Jeux.com sans aucun doute

Je ne me souviens pas… de mon adresse MSN.

Quelle adresse ?
« lélédu85 » peut-être. Ridicule en tout cas. read more

je ne me souviens pas (2)

Je ne me souviens pas de l’année où mon père a arrêté d’utiliser le Minitel.
Trop vieux, trop loin. Il a dû nous lâcher au début des années 2 000. C’est inévitable.

Je ne me souviens pas à quel moment de l’année l’ordinateur est apparu à la maison.
C’était la période où il faisait nuit tôt. C’était probablement en hiver et probablement en fin d’année histoire de faire genre « on s’offre un ordinateur pour Noël ».

Je ne me souviens pas du nombre d’écrans qui ont défilé dans le bureau.
2 boîtes, 1 plat. read more

je ne me souviens pas (2)

Je ne me souviens pas de ma première fois avec les ordinateurs. Je ne me souviens pas de la première fois que j’en ai vu un, de la première fois que j’en ai utilisé un. Sûrement chez mon oncle quand j’avais quatre ans. Je ne me souviens pas du premier site visité, le blog d’une amie assurément, ni de mon premier achat sur le web, sans doute un livre sur Amazon. Je me souviens de mon dernier bug informatique, pas du premier, sûrement dû aux mauvaises manipulations de ma mère. Je ne me souviens pas de mon premier document Word, cela devait être un écrit minable racontant à quel point je pouvais haïr mon frère (si les gens lisaient ne serait-ce que le quart des documents de mon ordinateur…). Je ne me souviens pas à partir de quand mes parents ont abandonné l’idée de nous restreindre l’accès à l’ordinateur, un peu trop tôt quoi qu’il en soit. Mais je me souviens de ma première adresse mail, mais pas du nombre que j’en ai aujourd’hui, peut-être six, sept ou bien huit. read more

je ne me souviens pas

Je ne me souviens pas de ma première fois avec les ordinateurs. Je ne me souviens pas de la première fois où j’en ai vu un, de la première fois où j’en ai utilisé un. Je ne me souviens pas du premier site visité ni de mon premier achat sur le web. Je me souviens de mon dernier bug informatique, pas du premier. Je ne me souviens pas de mon premier document Word. Je ne me souviens pas à partir de quand mes parents ont abandonné l’idée de nous restreindre l’accès à l’ordinateur. Mais je me souviens de ma première adresse mail, mais pas du nombre que j’en ai aujourd’hui. read more

je ne me souviens pas

Il était une fois une boîte grise ou blanche, peut-être. Je ne me souviens pas. Un gros paquet cadeau qui semble sans intérêt. A ce qu’il paraît, on l’appelle « ordinateur ». Enfin, c’est ce qu’on raconte. Moi, je ne m’en souviens plus. De toute façon pourquoi être fasciné face à un coffre vide ? C’est comme les bigorneaux, il faut qu’ils soient à l’intérieur de leur coquille pour que ce soient intéressant à manger. Bref, cette espèce de carton a élu domicile dans la salle de jeux de la maison. Il était là, sans que je me souvienne de sa présence. Je passais devant sans le voir et entendait son grognement incessant sans véritablement l’entendre. C’était comme un nouveau jouet qui ne nous plaît pas et que l’on met au fond du placard pour enterrer son souvenir. Un souvenir qui resurgira dans un futur proche, mais ça, je ne pouvais pas m’en souvenir. read more