Séance 5 (habiter)

(Lire la consigne et les textes de cette séance)

Parmi les motifs d’exploration plusieurs fois explorés durant ces trois saisons de Poieo, il y a les lieux, leur nomination (toponymie), et notre rapport à leur schématisation (topographie). Le web est un accès à nombre de cartes. Nous reposons cette question durant cette séance, en nous servant des approches précédentes.

Nos sources

1. Deux exemples de site dédiés
open street map
http://www.openstreetmap.org/#map=17/46.66999/-1.41290
http://www.geoportail.gouv.fr/accueil
2. 2 . Texte source : “ de quelques emplois sur verbe “habiter” de Perec read more

J’habite nulle part… j’habite partout

J’habite nulle part.

J’habite dans une maison, dans une maison en bois au jardin parsemé de sapins et de bouleaux.

J’habite dans une maison d’un quartier, une impasse composée de moins de dix autres habitations.

J’habite près d’un collège, près d’une école primaire, près d’un restaurant, près de nombreux autres quartiers.

J’habite près d’un parc aussi, bordé par la Loire.

J’habite dans une maison d’un quartier d’une petite ville. read more

Mon humble demeure

J’habite dans une maison située à l’extrémité Nord-Ouest d’un petit village de campagne nommé Beaupréau. Autour de cette généreuse bâtisse, on peut remarquer de nombreux champs, parfois surplombés de ces mammifères qu’on prénomme : vaches.
J’habite à quelques pas seulement d’une MFR dont j’avais la joie de voir les membres chaque matins lorsque je me rendais à mon lycée à pied. Lycée qui se situe à 1,5 km de ma maison, autrement dit 20 minutes à pied, 7 minutes en vélo, et 4 minutes en voiture.
J’habite dans ce petit village proche de tous commerces. Dans le centre, il y a une boulangerie, en face, la pharmacie l’observe toute la journée. Du côté droit de la pharmacie se trouve la boucherie. À droite de la boulangerie une rue descend jusqu’à l’hippodrome (le vrai mais également celui d’entraînement), depuis lequel on peut admirer la piscine ainsi que le stade plutôt de foot. À droite de la pharmacie on trouve un petit parking, où parfois, on peut y trouver un petit marché. Dans la rue montante en face de la boulangerie se trouve une bijouterie, une librairie, ainsi qu’un magasin de vêtements pour enfants. Si on remonte suffisamment on peut tomber nez à nez avec la mairie. Dans le grande rue parallèle se trouve un bar, un magasin de chaussure, et un de lingerie.
J’habite plutôt loin des supermarchés car ils se trouvent à l’opposé de là où je loge, mais quand je m’y rends, je rentre obligatoirement dans le gémo qui est à quelques mètres du Super U.
J’habite comme on aime à le dire, dans la capitale des Mauges. read more

Différents niveaux

J’habite en face d’un parking et du restaurant « La gare ». J’habite à 15 pieds de taille 39 de la voie ferrée et de la gare (enfin, de l’endroit où les TER s’arrêtent) de la commune.

Pour les papiers, j’habite la rue de la gare. N’empêche pour y accéder, il faut passer par derrière qui se trouve être une impasse.

J’habite au-dessus du bar-tabac-presse-jeux Le Colibri. J’habite un appartement vu que j’habite à l’étage. Mais de l’extérieur c’est une maison avec le schéma normal : fenêtres étalées en largeur sur 2 étages, toit, porte d’entrée. Particularité : un commerce au rez-de-chaussée. read more

J’habite

J’habite un appartement de 27 m², avec un balcon en métal peint en rouge, mon vélo posé sur celui-ci ; une chambre, dont le lit et la penderie prennent la majeure partie de la place, mais toutefois équipée d’une bibliothèque; une salle d’eau, avec la douche, les toilettes, le lavabo, dont sont faites beaucoup de salle d’eau ; et enfin une pièce principale, avec ma chauffeuse/canapé, l’ancienne table familiale, des chaises, un petit frigo, des plaques électriques, un lavabo, quelques meubles pour ranger vaisselles et nourritures, un porte-manteau, une télévision, un bureau toujours mal rangé et une chaise de bureau. Les murs sont jonchés de posters, photos, cartes postales et dessins. Mes fenêtres donnent sur un mur. Il s’agit d’un simple appartement. read more

Mes chez moi

J’ai 4 ans, j’habite une ville nommée Rezé, dans ce que l’on pourrait nommer la cité. En face de mon appartement : un parking vide, des gravillons sur le sol. Plus loin sur la gauche, un arrêt de tram, des bancs froids et gris. Sous mon appartement : un salon de coiffure, devanture maussade, vitres sales, une enseigne représentant des ciseaux (cassés). Des étages à monter, un ascenseur en panne, et enfin : une porte en bois, avec dessus un numéro quelconque inscrit en noir. Vue du balcon : la Loire. Souvenir fugitif, images figées, pour une ville semblant froide et grise ; comme ces bancs. read more

J’habite…

J’habite 37bis, rue de l’îlot dans la commune de la Plaine-sur-Mer. Là où j’habite il y a autour de moi seulement des maisons et un petit chemin. Les maisons se mélangent entre ancienneté et modernité. C’est un endroit calme. Certains diront que j’habite dans le « trou du cul du monde », et d’autres diront que là où j’habite, je n’ai pas besoin de partir en vacances. Ils disent cela parce que dans mon point de vue panoramique, j’ai la mer en face de moi. Je l’entends quand je sort de chez moi par mauvais temps, l’air chez moi est pur, c’est peut-être pour ça que les gens disent que c’est paumé. Au 37bis, rue de l’îlot, il y a une maison (la mienne), le jardin n’est pas rangé quand on y jette un coup d’œil, de plus, elle est principalement entourée de maisons de vacances -Bah oui la mer…- read more

J’habite un petit village de Charente

J’habite à Chassors, un petit village de Charente. J’habite plus précisément au bord de la ville, 500 m après le panneau de sortie. Ma maison est entourée de plusieurs autres, de gauche à droite, qui ne se ressemblent pas vraiment. Il y a aussi un chemin, où passent beaucoup de tracteurs.

J’habite dans une maison qui offre une large vue sur les vignes, qu’on retrouve partout entre les villages. Mon chemin mène à ces différentes vignes.

J’habite dans un village qui pourrait en être deux : le haut et le bas. (D’ailleurs, celui du bas porte un autre nom, Les six chemins, mais fait toujours partie de Chassors). Dans le haut, on y trouve un ancien village, avec de vieilles maisons, une vieille église, un grand cimetière et de vieilles personnes. On en retrouve toujours un assis au coin des angles de la rue de l’église, regardant les voitures passer toute la journée. Dans le bas, c’est un autre village. On y retrouve un terrain de foot, une école avec un grand parking, une mairie, un terrain de tennis, une salle des fêtes, le tout se situant autour d’une seule route, de part et d’autre. read more

J’habite partout

J’habite à Pouzauges. J’habite à la Coudre de Pouzauges plus précisément. J’habite une belle maison, qui a plus de 100 ans, avec des volets bleu lavande. J’habite entre un champ et une auberge, où il n’y a jamais personne d’ailleurs. J’habite à environ 1 km après le panneau de sortie de ville, et le panneau annonçant que « Pouzauges est une ville fleurie ». J’habite près de deux moulins à vent, qui ne fonctionnent plus. J’habite à 5 minutes du Collège Antoine de Saint Exupéry et à 2 minutes du Bois de la Folie. J’habite près du Château de Pouzauges, ou du moins ce qu’il en reste, c’est-à-dire seulement un donjon. J’habite dans cette ville depuis 10 ans, et commence à connaître les côtes et les descentes, celles par lesquelles votre moniteur de conduite se fera un malin plaisir de vous faire emprunter. read more

Pensées et maisons voyageuses.

J’habite dans une grande maison, à la Limouzinière. C’est une petite commune, située entre le lac de Grand Lieu et la frontière Vendéenne. J’y vis depuis mes sept ans environ. Pour être plus précise, je vis dans un village, très près de la route qui rallie le centre de la Limouzinière et Saint-philbert-de-grand-Lieu. La vie dans mon village est paisible, parfois un peu trop. La nature y est libre, contrairement aux villes qui paraissent si lointaines. Notre jardin est de plus en plus rempli. Quand j’étais petite, je pouvais y courir comme si c’était une gigantesque plaine. Maintenant c’est plus difficile. Il y a des rochers, la piscine, la serre et les arbres fruitiers. Il y a aussi la terrasse, avec à côté notre jacuzzi en construction depuis minimum deux ans. J’aime me ressourcer chez moi. C’est le lieu où je me sens le mieux, enfin surtout quand je passe un agréable moment avec mes parents.Ma maison à un étage. En haut c’est la salle de bain et les chambres, une pour mes parents, une pour mon frère et une pour moi. Ma chambre est la seule qui donne sur notre grand jardin, où mon père a creusé la grande piscine de ses mains (enfin, avec des machines aussi, mais pas que). Le rez-de-chaussée est plus vaste. Nous y avons : le garage ou l’on pourrait mettre deux voitures ; notre deuxième salle de bain ; la salle de jeu pour les enfants que ma mère garde, avec les toilettes, une future chambre pour mes parents qui sert de débarras ; le bar avec les papiers de travail de mon père et l’apéritif ; le salon divisé en deux, avec le côté télé/cheminée, puis la grande table pour les invités ; et enfin, la cuisine et l’arrière-cuisine. read more