Elle s’appelle Chloé…

Elle s’appelle Chloé. Elle serait inscrite sur les réseaux sociaux, mais on ne le sait pas vraiment. Elle aime conjuguer la facilité à tous les temps : peut-être la facilité est-elle pour elle passé, futur et présent ?
Pour elle, les prénoms riment avec des personnages : des connexions se font, chaque mot en rejoint un autre.
Alors on fouille, on cherche, on décrit. Lorsqu’on lui dit de décrire, Chloé pense d’abord à parler de la taille : petit, moyen, grand. Et puis on plonge dans son quotidien : elle aime faire la fête, elle aime se défouler en faisant du sport ou en jouant à des jeux en ligne. Pour l’un, elle aime suivre L’équipe et se nourrir de son site ; et pour l’autre, Candy Crush semble l’avoir séduit. Elle profite des cours de recherches documentaires pour se détendre sur ce jeu… Mais elle n’a pas l’air d’en être fière, elle en serait plutôt embarrassée… Ou peut-être est-elle ironique ?
Pour elle, sa vie se résumerait à une toile collaborative, où les informations s’ajoutent grâce à plusieurs personnes, où les mots se bousculent, où chacun d’eux en appelle un autre. Comme pour les prénoms qui reflétaient tout de suite une image. Elle se pose beaucoup de question : la vie se résumerait-elle aux études ? À l’IUT de La Roche-sur-Yon ? À l’embarras qu’elle éprouve de temps en temps ? Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie : les liens virtuels ? Le virtuel pourrait-il lui faire ressentir 404 fois de la gêne ?
Ou, pour elle, la vie serait peut-être plus futile ? Peut-être qu’elle se sent rassurée par les magazines de mode ? Qu’ils lui procurent la chaleur d’une couverture bleue douce en laine ? Ou peut-être que la vie aurait davantage un goût de combat, de drame ? De film d’action ? Ou plutôt un goût de restriction ? Régime et prestige ? Bling-bling ? Luxe ? Rêves de gloire ? Vie vécue par procuration ? Rêve-t-elle d’être une autre Chloé ? Rêve-t-elle de dépenser son argent sans compter ?
Apparemment non, elle s’assimilerait plutôt à Carrie, plus qu’à Chloé Grace Moretz. Carrie : lycéenne rejetée par ses camarades. Carrie : une jeune femme avec des pouvoirs surnaturels. Carrie : son rêve ou son cauchemar ? read more

Maux d’âme (1)

Al,

Si seulement tu avais pu venir avec moi, que de raisons de t’émerveiller tu aurais eues ! Ce voyage que M. Grégoire nous avait suggéré est bien plus captivant qu’il ne pouvait le laisser paraître.Hier, Michel et moi avons passé une première nuit en Alsace. Aucun de nos arrêts précédents ne s’était vu gratifié par un accueil aussi chaleureux. Cette carte illustre parfaitement l’ambiance qui règne ici, même si une simple image ne saurait jamais retransmettre parfaitement un sentiment. read more

Périple ordi(naire)

  • 1999, petit village du bord des Côtes d’Armor – Aujourd’hui, nouveau cours à l’école ; informatique. In..for…ma…tique ? Kesako ? Je regarde la maîtresse d’un air un peu perdu. Elle nous emmène dans une salle que nous n’avions encore jamais visitée. Il faut dire que l’école est toute neuve. À l’intérieur, ce qui ressemble à de petites télévisions jaune-bizarre s’étalent contre les murs de la pièce. À côté de chaque écran, une grosse boîte rectangle est posée. Ces boîtes font un bruit étrange, un peu comme l’aspirateur de maman, mais en moins fort. Trois par trois, la maîtresse nous dit d’aller nous placer devant les petites télés. Ce nouveau cours va être marrant je crois.
  • 2000, dans le même petit village – Papa a acheté un ordinateur ! Et avec, des Cédéroms de jeux pour mieux travailler en français et en maths. J’adore les maths.
  • 2002, village un peu plus grand des Côtes d’Armor – J’entre au collège ! Maintenant, j’ai le droit d’aller tous les soirs sur internet pendant 10 minutes. Je dis à mes parents que c’est pour mes devoirs. En fait, j’ai installé MSN, c’est Anna qui m’a montré. Avec ça, on peut discuter le soir pendant qu’on est toutes les deux chez nous. Mais on n’arrive pas toujours à venir à la même heure. C’est dommage.
  • 2003, village perdu dans une campagne inconnue du sud de la France – On a déménagé. Mais l’avantage, c’est que papa a maintenant un ordinateur portable, donc moi, j’ai le droit de garder l’autre. Normal, je suis la plus grande. Je n’ai pas le droit de me connecter très longtemps, mais au moins je peux jouer autant que je veux.
  • 2005, dans la ville de Cyrano – Internet illimité. Dire qu’il y a encore quelques jours, je n’avais le droit de n’y aller qu’une heure par jour. On a aussi un nouvel ordinateur à la maison. J’espère que je pourrais avoir le portable dans quelques temps. Pour l’instant, papa le garde au travail avec lui. Mais je sais qu’il préfère travailler à la maison.
  • 2006, toujours au pays de Roxanne & Cyrano – notre premier ordinateur a rendu l’âme. Dommage, je n’en ai plus un à moi. Mais je peux utiliser celui du salon. Il est plus rapide, je peux regarder des séries en ligne sans m’arrêter 15 minutes toutes les 5 minutes de film…
  • 2007, petite bastide oubliée du Périgord – Ca a été long, mais après un énième déménagement, le portable est enfin à moi ! Je peux lire jusqu’à tard dans le noir. J’ai découvert ce site où des gens écrivent des histoires sur ma saga préférée, c’est génial, j’ai toujours quelque chose de nouveau à lire. Je suis devenue accro aux séries aussi. Je manque de sommeil.
  • 2009, de retour chez Cyrano – J’ai commencé à écrire et à publier mes histoires moi aussi. Les gens adorent, c’est génial ! En plus, j’ai eu mon Bac et avec ça, un joli cadeau : mon propre petit ordinateur, un netbook. Dans quelques semaines, je pars à la fac. J’aurai un appartement à moi. C’est difficile à imaginer, mais au moins, je sais que je ne serais jamais vraiment loin. Merci internet.
  • read more

Fail…

  • 8h30 – le réveil sonne, je l’assomme
  • 8h38 – je trouve le courage de me lever, j’allume la radio et écoute d’une oreille distraite les dernières nouveautés
  • 8h42 – des voix criardes ventant les mérites d’un déodorant laissent place à une publicité pour une célèbre chaîne de magasins se voulant les moins chers. Soupir.
  • 9h51 – l’autoradio me rappelle à nouveau qui sont les moins chers. Ils peuvent le prouver grâce à une application qu’ils ont inventée. Ils disent faire mieux que la chaîne concurrente qui proposent prix bas et confiance en prime. Soit.
  • 9h52 – je me gare sur le parking de la fac et télécharge l’application par curiosité… il faut que j’aille faire des courses ce soir, j’en profiterai pour essayer.
  • 10h00 – mon premier cours de la journée commence, j’allume mon ordinateur, ouvre mon logiciel de traitement de texte
  • 10h02 – je me connecte à internet pour jeter un œil à mes mails, je devrais avoir reçu le magazine des moins chers. Clic. Beaucoup de spams, les moins chers sont  bien au rendez-vous, c’en devient presque du harcèlement mais je reste fidèle.
  • 10h03 – entre deux prises de note, je continue la lecture de mes mails, l’un d’eux me mène sur un forum que j’aime assez pour y passer régulièrement. Clic. L’un des membres que je préfère a posté un message pour parler de son blog. La description est alléchante. Clic
  • 10h07 – Décidément, le prof ne s’arrête pas de parler, on ne peut plus surfer tranquillement de nos jours ? Enfin une petite pause. Du moins part-il dans un délire bien trop tiré par les cheveux pour que je ne le suive. Retour au fameux blog. Clic.
  • 10h21 – Tout en prenant de, certes très éparses, notes, je me lance dans la lecture d’un article dans lequel est présenté le projet d’écriture du membre dont je parlais plus haut ; Elayne Sedai. Clic. C’est que ça m’a l’air intéressant. Drôlement intéressant. Un lien vers sa page Facebook. Clic
  • 11h48 – le prof a fini de faire les cents pas dans mon dos, me forçant à feindre une attitude sérieuse. J’avoue que quand j’écoute avec mes deux oreilles, je comprends un peu plus de choses. Clic. Facebook. Je jette un œil à la page de l’auteur en herbe mais une petite fenêtre de conversation attire mon attention. Clic. Apparemment, je ne suis pas la seule à avoir décroché.
  • 11h57 – le prof abandonne l’idée de nous garder pour les trois dernières minutes. Dommage, on commençait à peine à s’amuser. Clic.
  • 13h31- un petit quart d’heure avant que le cours ne reprenne, j’ouvre mon ordinateur qui m’accueille silencieusement. Ma session s’ouvre où je l’avais abandonnée. J’ai beaucoup de notifications sur ma page facebook, mais un simple coup d’œil m’apprend que je n’ai pas loupé grand-chose. Ah si, ma cousine a mis de nouvelles photos de son bébé.
  • 13h42 – des publicités bien ciblées s’affichent sur la droite de ma page web. Clic. Enfin des nouvelles de ma série préférée ; Elucubrations d’un vampire torturé, saison 21 !
  • 13h47 – le prof essaie de reprendre, mais l’attention n’est pas présente à l’appel. Tant mieux, je peux continuer à admirer les dernières photos du ténébreux Ezéchiel Salvapovic… non pas que j’aurais arrêté de toute façon. Clic.
  • 13h51 – je prends quelques notes et références pour le moment où il faudra réviser pour les exams.
  • 13h59 – un concours pour gagner l’intégral des 21 saisons avec 3000 heures de bonus ! Clic. Il faut répondre à un questionnaire. Regard en coin vers le professeur, qui se bat contre le rétroprojecteur. Bien pour moi, ça. Il en a au moins pour dix minutes. Clic.
  • 14h21 – répondre à toutes les questions à prit un peu plus de temps que prévu, mais j’ai tout juste. En même temps qui ne sait pas que la chemise d’Ezéchiel est bleue nuit dans l’épisode 63 de la saison 17 ? J’ai toutes mes chances. Pour être certaine, je rentre quand même l’adresse mail de 20 amies. Ca va augmenter ma probabilité de remporter le gros lot. Clic, clic, clic !
  • 14h21 et 37secondes – noooooooooooooon ! L’ordinateur n’a pas tenu le choc alors que j’essayais d’ouvrir une photo D’Ezéchiel le ténébreux sous Photoshop. J’ai bien peur de n’avoir pas eu le temps de valider ma participation…
  • 14h22 – un juron peu élégant, mais qui m’aide néanmoins à soulager l’infinie détresse qui m’envahie, m’échappe. Quelques regards se tournent dans ma direction. Je m’en moque.
  • 14h27 – Clic. Il faut que je recommence…
  • read more

    Compagnon d’un jour…

    Un déménagement. Un de plus. Je ne compte plus. J’ai connu trop de camarades, trop de professeurs, trop de classes et trop de villes. Je ne veux plus me lier avec ces gens qui m’entourent. Je vais repartir. Je le sais. Nous ne restons jamais bien longtemps au même endroit. Parfois, ça dure quelques années. Mais plus depuis longtemps.

    A nouveau, on me regarde. Je suis la petite nouvelle, la petite bretonne un peu boulotte, pas très bien habillée, pas très bien coiffée, que l’on observe de loin. Je fais pareil. Je ne m’approche plus. J’observe. read more

    Kery James

    Kery James, de son vrai nom Alix Mathurin, est né le 28 décembre 1977 en Guadeloupe de parents Haïtiens. Il passera sept années sur son île natale avec sa mère. Son père décide alors d’y envoyer le jeune Alix et sa sœur. Ils iront donc loger chez un oncle au cœur de Paris dès octobre 1985.

    Aux infirmes du bonheur à qui mes textes servent de béquilles
    Aux inconnus qui me considèrent comme un membre de la famille
    Ceux qui m’ont fait une place, dans leurs cœurs, dans leurs vies,
    Je n’aurais que deux choses à dire, j’ai honte et merci. read more

    Un modèle pour tous …

    Helena Bonham Carter, CBE, est une actrice anglaise, née le 26 mai 1966 à Londres. Elle est née dans le quartier de Golders Green, à Londres, en 1966. Sa mère, Elena Propper de Callejon, est psychothérapeute. Elle ne connut pas son père, issu d’une vieille famille aristocratique, qui décéda avant sa naissance. Elle est donc fille unique.
    Elle commence sa carrière à 13 ans en faisant un spot télévisé dans lequel elle vante les mérites d’un appareil électro-ménager. Suite à ce spot, elle décida d’abandonner la carrière d’actrice. C’est Trevor Nunn qui la fait changer d’avis quelques années plus tard en lui offrant son premier rôle au cinéma dans le film d’époque Lady Jane.
    Son teint pâle et son allure d’héroïne victorienne lui permettent de figurer au casting de nombreux films historiques comme La Nuit des rois, pour lequel elle retrouve Trevor Nunn, Hamlet, Frankenstein, de Kenneth Branagh ou encore la Fiancée de Dracula. En 1997, la critique salue unanimement sa prestation dans Fight Club, pour laquelle elle reçoit une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice.
    Depuis octobre 2001, elle est fiancée avec Tim Burton, qu’elle a rencontré sur le tournage de Sleepy Hollow, et avec lequel elle a eu un seul fils. read more

    La fin d’une icône de la jeunesse…

    Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 à Yate, dans le Gloucestershire en Angleterre est une romancière anglaise mondialement connue sous le pseudonyme J.K. Rowling pour avoir publié la saga Harry Potter, dont les sept tomes ont été traduits dans près de quatre-vingt-dix-huit langues et vendus à plus de trois milliard d’exemplaires.

    Jeune mère divorcée vivant d’allocations, elle avait commencé à écrire Harry Potter à l’école des sorciers en 1980 et avait dû attendre de longues années et l’aide d’un agent littéraire ; Christopher Little, avant que son livre ne paraisse en 1991 aux éditions Penguin. Le succès planétaire des six tomes suivants –ainsi que des hors-série– lui ont permis d’acquérir une fortune estimée en 2008 par le Sunday Times à près de 600 millions d’euros. read more

    … c’est là que vous la trouverez

    Nyna Sand est … timide ; elle ne se dévoile pas facilement et n’ose bien souvent pas faire confiance.  Evasive, elle détournera d’abord la conversation vers des terrains peu glissants, comme les diverses régions où elle a vécu : Centre, Bretagne, Aquitaine, Pays de la Loire… oui, c’est une vagabonde. Elle vous avouera sans doute ensuite qu’elle aime le fantastique, la fantasy et la SF. Ses favoris inconditionnels restant respectivement les sagas Harry Potter et La Roue du Temps et la série télévisée Stargate. Rarement cependant elle avouera que sa véritable passion, c’est l’écriture ; elle griffonne dès qu’elle a un moment de liberté. Rêveuse, elle voudrait ressembler à son idole, la grande JKR. Elle a bien quelques fanfictions publiées en ligne à son actif, mais ce qui lui importe le plus, ce sont ses propres univers, elle crée et elle aime ça. En somme, est une grande enfant ; une adulte qui elle, contrairement à ceux que décrivaient Saint-Exupéry n’a pas oublié ce que sont le rêve et l’imagination. Qui sait, peut-être qu’un jour, elle pourra se dire auteure ? read more