Taxonomie, folksonomie

Nous en sommes à la dixième et dernière séance de cet atelier, de nombreux textes ont été produits, ce blog en constitue l’endroit de publication, donc : de création mais aussi de conservation. Ce blog est en quelque sorte le livre qui raconte ce qui s’écrivit (et comment).
Il constitue un objet à lire, approchable dans sa globalité, mais aussi par d’autres biais transversaux : par rubrique/exercice, par auteur ; ou anté-chronologiquement, par dates.
Nous nous intéressons à un autre outil éditorial fourni par wordpress (et par tout CMS de qualité) : Le nuage des tags, emblème ce qu’on nomme taxonomie (ou taxinomie), qui influe sur une autre notion éditoriale, la folksonomie. Le nuage de tags d’un blog comme celui-ci est un mode de circulation (de lecture) ajoutée, on pourrait parler de lecture enrichie, en guise de clin d’œil à des questions d’actualité (et pas seulement en clin d’oeil, car la publication et conception d’objets éditoriaux en ligne est sans cesse questionnée, revisitée et revitalisée, au coeur des questionnements actuels quant au présent, au futur, des outils technologiques de lecture : livre, ordinateur, tablette). Je prends deux exemples d’usage quotidien pour moi : les tags de livreaucentre.fr, ceux de remue.net. read more

exercice 2 – évocation

Partant de ce que patrick chatelier a fait en atelier instin… à Arcueil, en 2007.

« Gilbert apparu
Un jour pendant l’atelier, Gisèle nous raconte qu’elle a inventé un personnage quand elle était adolescente, dans les années 1930, mélange de frère aîné, cousin et petit ami. Elle parlait de lui avec sa camarade Madeleine avec laquelle elle rentrait chaque soir de l’école ; elle lui racontait par exemple avoir vu Gilbert, avoir promené le chien avec lui, qu’il voyageait souvent, qu’elles devaient le rejoindre à Agadir… Cette fiction a cessé au moment de la guerre quand Gisèle et Madeleine ont été séparées.
En entendant cette histoire remontée à la surface sans qu’elle sache pourquoi, je dis à Gisèle qu’elle a trouvé son Général Instin. Gilbert, personnage imaginaire oublié puis extirpé des limbes, va devenir une entité de l’atelier que nous utiliserons lui aussi sous différentes formes. » read more

Exercice 1 – ce que je ne sais pas

Nous nous intéressons aujourd’hui au Général Instin, en tant que projet collaboratif et contagieux, qu’endroit d’écriture à plusieurs, qu’existence web (démultipliée). Nous cheminerons par liens, dans un premier temps. Lecture à haute voix par l’animateur.

Dernière contribution texte en date : celle de Maryse Hache, intitulé le 19 et le cheval de st malo qui nous dit une version/vision du général.

il nous mène vers végétal instin, de Benoit Vincent (- cliquer sur la note 2, le mot « nord ») read more