Drame à Bestioles ville

C’est un abrutissement d’apprendre que M.Chaton et M. Labrador vivent une crise conjugale! C’est une véritable affaire de famille : Chaton, dont l’aïeul est M.Ecureuil (dont il n’est pas du tout question ici), à profiter d’un voyage au supermarché pour passer par le labyrinthe de l’amour. Il a fait une pause au point ordinateur et, de questions en réponses, il s’est retrouvé à lire une description de l’enfance de tomate. Un vrai spam dans sa vie! Le choc! …et une révélation. Il était temps de faire la liste de tout ce qui n’allait pas entre eux. Une fois cette exercice accompli, il le posta sur le forum de son ex-bien aimé… et vous imaginez bien la réaction de Labrador qui, vous vous en douter à déclarer la séparation!!

D’un labrador à un chaton

Je suis un chaton. Du moins je le suis devenu. Après de nombreux voyages et autres aventures, j’ai décidé de couper court dans cette vie de mensonge. Oui j’étais un chaton et je devais le prouver. Rendez-vous à Valmont avec un bélier pour parler de ma biographie. « Chantez plutôt ou faîtes du tambour. » Un chaton musicien, pourquoi pas. Je suis donc passé par Melrose Place ainsi que par le Sénat. Pour enjoliver mon CV, j’ai aussi fait du foot et cuisiné des patates douces et sales. Mes loisirs ? J’aime les romans à l’eau de rose et les blagounettes. Oui je l’avoue. Je me suis égarée plusieurs fois. Une fois à Mimizan. Deux fois en Turquie. Mais je suis retournée sur la bonne voie. Je n’ai jamais été autant chaton et j’en suis fier. Une dédicace ? Je pense à une amie qui a du chien. Appelle-moi Marla. read more

Laisser une trace

Dernier combat.
L’exercice final.
Nos doigts s’agitent une dernière fois pour révéler notre secrète identité. Avant de stopper. De remballer la liste de nos souvenirs pour se créer de nouveaux désirs.

Nous avons fini nos histoires, avant qu’il ne soit trop tard. Sans regrets, sans se dire que tout est terminé. Surement parce que l’on peut recommencer. S’user. Jusqu’à l’abrutissement. Je préférerais dire l’aboutissement.

Reste avec moi, Marla. read more

Heroic forfader en danois

Il s’appelait Hercule. Et en plus c’est vrai. C’était le père de la mère du père de la mère de la mère de ma grand-mère. C’était un héros. Un vrai. Hercule jonglait à Paris, dansait le tango et parlait couramment le danois. Il est né dans une famille de notaires à cravates. Hercule a voyagé. Il a fait rire. Il est monté sur des podiums. Il a volé dans le ciel de Russie et a nagé dans l’Antarctique. Il a rencontré une américaine – Betty – a eu 3 filles et un chien – Polly. Il est devenu professeur et a enseigné à des centaines d’élèves La Traviata et l’art des fonctions logarithmes non népériens. Sa première fille a décidé de faire le tour de l’Australie a 9 ans sur le dos de Polly. Il l’a suivi et s’est fait mordre par un kangourou. Il a alors attrapé la varicelle et y a survécu de justesse. En effet, entre temps, il a trouvé le remède en étudiant les bégonias avec un aborigène de 98 ans. Il a déposé un brevet puis l’a repris. À 50 ans passés, il est devenu Premier Ministre et a réformé la médecine psychologique des labradors. Il a gagné le Prix Nobel de littérature pour son ouvrage Quand je marcherais sur la Lune, je ne volerais pas, moi. À 60 ans, il a battu Armstrong au bilboquet. Il est mort en montant en haut d’un pin pour récupérer son chapeau. Il avait 88 ans. Polly a beaucoup pleuré. Hercule est resté un héros dans ma famille. La preuve : mon père est astronaute et ma mère australienne. On ne m’a jamais montré sa photo. Mais il parait qu’il ressemblait à Elvis en blond. J’aime bien cet Hercule. Et puis il parait que j’ai ses yeux. Comme il a beaucoup vu, j’attends de voir. read more

2€ le tour

J’aime être là.

Assis ou debout. Devant. Des bancs. Parfois vides. Souvent pleins.

Plus loin. Glace écrasée. Chichis tous chauds. Caramel cuit. Le regard concentré du vendeur. Une fumée qui l’entoure. Des enfants qui salivent. Des adultes timides. D’autres téméraires. La gaufre chantilly direct.

Plus haut, l’église. Une girouette. Souvent active. Des pierres qui murmurent. Des mouettes qui bavassent.

Plus bas. Des vélos rouillés. Des cirés jaunes. Un crachin coloré. read more

Quai des Brumes. 17h47. Passage d’un labrador.

Je suis tombée. Pas sur ma jambe pourtant. Mais c’est sa faute. Il était là. Il m’a tout dit. Il le sait que c’est sa faute. Mince alors ! C’est ma première jambe. Ma dernière. Elle est partie comme ça. J’ai pas eu mal. Pas à la jambe. Je crois que c’est la première jambe de toute l’Histoire. La première jambe c’est la mienne. Je suis la dernière jambe. La jambe, c’est le secret de l’équilibre. Sans jambes on tombe. Donc je suis tombée. read more

Je suis là.

Une pou(pas)belle

Chéri,

_Ce matin, avant d’aller au boulot, j’ai eu la bonne surprise de tomber sur ça. J’hésitais entre remercier le chien ou toi, finalement je t’ai choisi, sois-en ravi. Je te donne approximativement 8 heures pour tout nettoyer. J’emmène ta collection de Pez avec moi, tu ne la retrouveras qu’à condition que moi-même je revois ma terrasse intacte. Regarde bien leur visage effrayé, qu’ils t’émeuvent jusqu’à ce que tu trouves le courage de passer le balai. read more

Un morceau de moi, ça vous dit ?

Je suis née Margaux sans le choisir. Un 17 décembre, il avait plu. Arrivée 8 rue Francis Merlant à Nantes, d’on ne sait , j’ai pleuré. Comme commencement, c’était pas très original. J’ai passé quatre ans de transition à Saint-Joseph de Porterie. Après crèches et doudous est venu le déménagement. Exilée à Thouaré-sur-Loire une catastrophe est survenue. J’ai toujours attendue un chien mais ma sœur est arrivée. S’ensuit une vie normale ponctuée de lectures, de rêves jusqu’au baccalauréat. Aimant les expériences, j’ai tenté la science et ai fini dans les lettres. Depuis, je réside en Vendée, à 5 minutes de tout. Se destine à un futur merveilleux et banal j’espère. read more