D’un labrador à un chaton

Je suis un chaton. Du moins je le suis devenu. Après de nombreux voyages et autres aventures, j’ai décidé de couper court dans cette vie de mensonge. Oui j’étais un chaton et je devais le prouver. Rendez-vous à Valmont avec un bélier pour parler de ma biographie. « Chantez plutôt ou faîtes du tambour. » Un chaton musicien, pourquoi pas. Je suis donc passé par Melrose Place ainsi que par le Sénat. Pour enjoliver mon CV, j’ai aussi fait du foot et cuisiné des patates douces et sales. Mes loisirs ? J’aime les romans à l’eau de rose et les blagounettes. Oui je l’avoue. Je me suis égarée plusieurs fois. Une fois à Mimizan. Deux fois en Turquie. Mais je suis retournée sur la bonne voie. Je n’ai jamais été autant chaton et j’en suis fier. Une dédicace ? Je pense à une amie qui a du chien. Appelle-moi Marla. read more

Laisser une trace

Dernier combat.
L’exercice final.
Nos doigts s’agitent une dernière fois pour révéler notre secrète identité. Avant de stopper. De remballer la liste de nos souvenirs pour se créer de nouveaux désirs.

Nous avons fini nos histoires, avant qu’il ne soit trop tard. Sans regrets, sans se dire que tout est terminé. Surement parce que l’on peut recommencer. S’user. Jusqu’à l’abrutissement. Je préférerais dire l’aboutissement.

Reste avec moi, Marla. read more

Présente

Daniel. David. C’est bientôt à moi. Je dois répondre à l’appel. Je suis un élément. Un élément d’une liste très organisée. Sans moi elle se tord. Sans moi elle n’est pas complète. Le D se rapproche. C’est à moi. D. M. Je lève la main. Oui je suis là. Oui je suis D. M. Je suis là avec vous, entre l’autre D et le E. Oui je suis moi. Oui c’est moi. Oui j’ai ma place. Oui j’écoute. Oui je vous entends. Je vous entends m’appeler. Et je me reconnais. Je ne suis pas l’autre D ou le premier E. Non. On peut m’interroger. Je me reconnaitrais. On peut me donner la parole. je la prendrais si vous me reconnaissez. Je lève la main. Je suis là avec vous. Je ne suis pas comme vous. Je suis M. Oui Charlotte ? Elle me regarde. Je baisse la main. Elle ne m’a pas interrogé. Alors pourquoi elle me regarde ? Charlotte ? Elle me regarde toujours. J’ai compris mais je ne parlerais pas. Je ne suis pas Charlotte. Elle ne s’adresse pas à moi. Elle se trompe. Alors je ne répondrais pas. Je suis M. On doit m’appeler M. Si l’on veut que je parle, on doit me reconnaitre. Je la reconnais elle. Elle me doit donc ça. Mais elle attend toujours. La vraie Charlotte commence à douter. Mais je la force. Je veux qu’on me reconnaisse. Reconnaissez-moi. Moi c’est M. Toi tu es Y. Et toi C. Alors je veux être M. Ne vous trompez plus. Je ne changerais pas pour vous. Je resterais M. Pardon M. Vas-y M. J’y vais. read more

Internet et le temps passe vite…

Enfin, j’ai allumé mon ordinateur. Il était 18 h 30, je venais de passer deux heures devant en cours de PAO, deux heures devant en cours de bureautique, mais je l’ai allumé quand même. Comme d’habitude, internet a planté, j’ai grogné, rallumé la box, ça a marché. J’étais contente mais je ne savais pas pourquoi. Je n’avais rien de spécial à faire mais, comme d’habitude, ça allait me prendre encore 3 h, ce rien de spécial.

Je décide de commencer par faire le tour de mes marque-pages, un par un. Le premier c’est Webmail, et cette messagerie est toujours pleine de messages inutiles. Peut-être qu’il y en a un d’important là-dedans mais on ne le voit pas, on le supprime avec les autres, tant pis. read more

De l’inutilité de (mon) Internet

Choses à faire (idéalement) aujourd’hui :
– Recherches pour devoirs (multidisciplinaires)
– Ménage de l’appartement (multi-tâches)
– Loisirs personnels (optionnels)

Choses faites aujourd’hui :
– Réveil difficile. Pas pour moi. Pour mon ordinateur. 15 minutes et il émerge. Enfin.
– Mise en route du réseau. 10 longues (longues) minutes. J’y retournerais peut-être plus tard ?
– Ouverture de la page internet. Page d’accueil : Facebook (pas très original). Connexion. Des messages. Plus tard.
– Ouverture autre onglet : Webmail de l’université (forcément). Des messages. Plus tard.
– Ouverture nouvel onglet : Google. Rien à chercher. Ou trop. Plus tard.
– Ouverture nouvel onglet : VDM. Moi aussi j’ai des problèmes. 2 de lues. 10 nouvelles. Plus tard.
– Retour sur Facebook. Nombre d’amis connectés : 10. L n’est pas là. A non plus. Je passe.
– Retour sur messagerie. Lecture de 2 mails. Information culturelle et communication pour devoirs. Je passe.
– Retour sur Google. Motivation soudaine et incompréhensible. Recherche. 1 240 000 réponses.
– Retour VDM. Lecture des nouvelles. Ce n’est plus drôle. J’ai vraiment trop de problèmes. Fermeture amère.
– Ouverture nouvel onglet : Youtube. Réflexion sur chansons à écouter, vidéos recommandées. Culpabilité brutale.
– Passage à Google. Ouverture premier lien. Wikipédia (évidemment). Informations inconnues. Informations nouvelles. Questions. Panique.
– Recours à Skype. Connexion de quelques secondes beaucoup trop longues. L pas connectée. Pointe d’adrénaline. Connectée. Appel au secours. Réponse immédiate. Cardiogramme retombe (presque) à la normale.
– Retour recherche. Autres questions.
– Retour Skype. Help. Pas de réponse. Toujours pas de réponse.
– Deux options : Vaisselle implorante ou retour recherche.
Facebook. J’ai honte. Coup d’œil sur l’accueil. Nouvelle vidéo.
– Lien Youtube. Visionnage. Rires. Sourires. Tombe à plat. Culpabilité.
– Skype. L n’est PAS en train d’écrire. Appel vain. Victime ?
– Messagerie. Mails parasites, inutiles ou trop urgents. Je passe ?
– Skype. Silence radio.
Bref. Pas de nouveaux épisodes. J’abuse ? Ou pas…
– Fermeture Facebook. Trop distrayant.
– Ouverture jeu en ligne. Trop tentant.
– Skype. Icône de chargement. Ah ?
– Ouverture nouvel onglet : Météo France. La Roche-sur-Yon. Nuageux. 11°le matin. Il me faudra des bottes.
– Skype. Et un pull !
– Réponse. L va se coucher. A demain (si je survis jusque là). Fermeture Skype.
– Retour recherche. Fermeture automatique. Question de survie.
– Fermeture. Extinction des feux. Point final. read more

Un morceau de moi, ça vous dit ?

Je suis née Margaux sans le choisir. Un 17 décembre, il avait plu. Arrivée 8 rue Francis Merlant à Nantes, d’on ne sait , j’ai pleuré. Comme commencement, c’était pas très original. J’ai passé quatre ans de transition à Saint-Joseph de Porterie. Après crèches et doudous est venu le déménagement. Exilée à Thouaré-sur-Loire une catastrophe est survenue. J’ai toujours attendue un chien mais ma sœur est arrivée. S’ensuit une vie normale ponctuée de lectures, de rêves jusqu’au baccalauréat. Aimant les expériences, j’ai tenté la science et ai fini dans les lettres. Depuis, je réside en Vendée, à 5 minutes de tout. Se destine à un futur merveilleux et banal j’espère. read more

« je » est « elle »

Elle s’appelle Laura. Rien d’original en somme.
Elle vit dans le Loir-et-Cher entre un immeuble et un château. Plus dans l’immeuble.
Elle a passé son Bac L au Lycée François Villon, a étudié François Villon en licence une et deux de Lettres. Avant d’abandonner François Villon, définitivement.
C’est en Vendée qu’elle vit à présent, entre un immeuble et un château. Rien ne change, au fond.